grandair

MapKibera, la carte pour rendre visible les invisibles

27 Mar 2017
302 times

Pour que l’immense bidonville kényan de Kibera ne soit plus une terra incognita, l’Américaine Erica Hagen a décidé de le cartographier grâce à l’aide de ses habitants. Son site Mapkibera permet de savoir où sont les écoles, les points d’eau…

Le projet social kényan MapKibera est né… sur le continent américain. Très précisément sur la côte Est en 2009 alors qu’Erica Hagen est étudiante en développement international à l’université de Columbia. « Dans les cours, le bidonville de Kibera [au Kenya], un des plus connus d’Afrique, était présenté comme un symbole de gigantisme, se souvient l’Américaine. Mais, paradoxalement, aucune carte précise de ce lieu n’existait. »

Erica en parle à son compagnon Mikel Maron, informaticien impliqué dans le projet OpenStreetMap, une alternative à Google Maps pour cartographier la planète à l’aide de contributions citoyennes. Le couple imagine alors un projet un peu fou : impliquer les habitants du lieu pour réaliser une carte numérique de l’ensemble du bidonville afin de « rendre visible les invisibles », tel que l’annonce le site matrice Mapkibera.org, la porte d’entrée numérique du projet.

« Nous pensions que tout cela n’allait durer qu’un ou deux mois », se souvient Erika Hagen. Sept ans et un bébé plus tard, le couple est encore pleinement impliqué dans cette aventure devenue une référence dans de nombreux pays. Tout autant pour sa portée sociale et citoyenne que pour la capacité qu’ont eue les créateurs à organiser le relais vers une équipe locale dynamique et entreprenante.

Les opérations sur le terrain
Ainsi, le Kényan Joshua Ogure, qui a démarré comme stagiaire vidéo en 2010, gère les opérations sur le terrain (@joshculture sur twitter), et vient d’être reconnu, le 7 mars 2015, comme un des 100 innovateurs du pays par Ihub, l’organisation phare qui fédère la communauté tech kényane.

Un petit tour sur Internet permet de mesurer l’étendue de cette réalisation numérique pionnière. Le site Voiceofkibera.org affiche d’emblée la carte du bidonville, réalisée en deux mois à l’aide de ses habitants. « Pour arriver à ce résultat, en 2010, nous nous sommes installés sur place et avons recruté treize jeunes qui n’avaient jamais touché un ordinateur de leur vie », se souvient Erika Hagen. Le projet fonctionne au-delà de leurs espérances et attire l’attention internationale. Des fonds de l’Unicef permettent à l’équipe de rebondir. En utilisant le site Hushahidi et sa cartographie participative, les habitants aident à enrichir la carte pour décrire la vie du bidonville : point d’eau, écoles, actualités… des informations visibles en ligne et identifiées par de gros points rouges sur lesquels il faut cliquer pour obtenir le contenu.

Ce succès en entraîne un autre. Certaines jeunes de Kibera deviennent alors reporters d’images et relatent à coup de petites vidéos la vie quotidienne et les actualités de la communauté. Le tout est mis en ligne sur Kiberanewsnetwork.org et relayé sur les réseaux sociaux Twitter et Facebook.

Méandre de baraques et de cabanes
Actuellement, trois jeunes sont payés par l’organisation pour faire ce travail de « Real Citizen Journalism » (journalisme citoyen) qui permet de pénétrer, de n’importe quel écran de la planète, dans ce méandre de baraques et de cabanes, refuge de 300.000 habitants qui acceptent d’être filmés, de se raconter et de transmettre. Cette aventure numérique vient de s’enrichir, en 2015, d’une nouvelle ramification. A l’aide des fonds de la fondation Bill et Melinda Gates, une nouvelle carte, visible sur Openschoolskenya.org, répertorie les 339 écoles, 2.183 professeurs et 54.588 élèves du lieu. « Une façon de rendre visible ce réseau éducatif massif et informel », note Erika Hagen qui vient de consacrer une année à cette dernière réalisation. Parallèlement, cette entrepreneur et son compagnon ont créé une structure Groundtruth.in et inventé une activité à part entière : le conseil en mapping social. Ils sont depuis sollicités de la bande de Gaza au Caire en passant par Dar es Salaam, capitale de la Tanzanie. Le concept essaime. Dernière demande en date ? « Une intervention en Indonésie et au Bangladesh », répond Erica Hagen.

Lemondeafrique

Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.