grandair

Ancien pôle économique : Sokone à la quête de son lustre d’antan

08 Mai 2017
789 times

Longtemps laissée à elle-même, Sokone, ancienne zone d’échanges qui a joué un rôle important dans le dispositif économique du  département de Foundiougne, veut prendre un nouveau virage. Cette ville du Centre-ouest du Sénégal, desservie par la Transgambienne, vit un renouveau économique et se donne un coup de jouvence et un nouveau lifting après des années de marginalisation pour renouer avec son passé florissant.

Il est révolu le temps où Sokone faisait parler d’elle aux quatre coins du pays. Cette ville au proche passé prestigieux, érigée en chef-lieu de Canton en 1916, a, avec le temps, perdu son dynamisme, et même ses lettres de noblesse. Dans son riche passé, l’histoire et la mémoire locale révèlent que la première implantation humaine remonte vers la seconde moitié du 19e siècle avec les Mandingues venus du Sud. Ils seront suivis des Sérères venus de Ndiaffé-Ndiaffé, des Wolofs, des Toucouleurs, des Maures, des Lébous, des Diolas. Ces mouvements migratoires ont vite fait de Sokone un important pôle économique.

Ville religieuse par excellence…
Mais cette ère de richesse, de puissance et de prospérité s’acheva avec l’érection, en 1960, du cercle du Sine Saloum en région. Sokone était devenu chef-lieu d’arrondissement, avant de devenir commune de plein exercice dont le fonctionnement effectif a démarré en 1970. Ce changement de statut avait progressivement transformé Sokone en une ville presque endormie.
 De tout temps, Sokone a été une ville très religieuse, symbolisée par la présence de plusieurs grandes familles maraboutiques, l’existence de beaucoup de «daaras» et d’écoles franco-arabes reconnues par l’État. Selon Oustaz Moussa Zaccaria Ngom, on ne peut pas parler d’Islam, au Sénégal, sans penser à Sokone. Une forte religiosité caractérise cette ville qui vit au rythme des gamou et ziarra. L’une des activités religieuses phare de Sokone, renseigne-t-il, reste la cérémonie annuelle religieuse de la famille Dème, communément appelée « Ziarra » où « Téré » en référence à l’œuvre de El Hadji Amadou Dème, plus connu sous le nom « Diyaou Nayrayni » (la lumière des deux lumières ou symbiose des deux lumières).

La rédaction de cet ouvrage pluridisciplinaire qui compte vingt (20) tomes, soit 14.000 pages, a démarré en 1938 pour se terminer en 1959. C’est ainsi que le saint homme, pour fêter son œuvre, organisa un grand évènement en 1960 pour rendre grâce à Dieu et à son prophète (psl). « Depuis cette date, la famille perpétue cette commémoration à laquelle prennent part les différents foyers religieux du pays et pendant trois jours, Sokone devient le point de convergence de milliers de fidèles qui viennent du Sénégal, de la sous-région et de la diaspora », indique-t-il. « La famille de Maodo Malick Sy est bien représentée à Sokone, celle de Cheikhoul Khadim, de Ndiassane, du Chérif  Bounana Aïdara. Il y a aussi la hadara de Mame Seydi Tafsir Aliou Ngom. On ne peut pas parler de Baye Niass sans parler de lui. Sokone est une ville religieuse par excellence », indique-t-il. Selon Oustaz Moussa Zaccaria Ngom, Sokone est une destination religieuse où toutes les confréries vivent dans une belle harmonie.
 
Un dynamisme économique à retrouver…
Sokone a beaucoup profité de l’apogée du commerce de l’arachide qui a entrainé l’installation des  grandes maisons françaises de commerce, des commerçants traitants et des commerçants libanais. Ces échanges commerciaux ont, selon le maire, donné à Sokone sa fonction de ville commerciale, favorisant ainsi la création du marché central en 1927 par les colons pour écouler leurs produits.

Depuis, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts, mais Sokone garde toujours son statut de ville commerciale. Tous les mercredis, la ville vit au rythme de son louma qui, depuis 1987, entraine une activité commerciale avec d’importants flux financiers qui impactent positivement sur les recettes fiscales de la mairie. Au-delà de son commerce qui fut florissant, Sokone peut s’enorgueillir d’avoir toujours eu un destin lié la pêche. Son bras de mer a attiré la concentration d’un nombre important de pêcheurs dans le quartier de Ndangane depuis 1848.

Ce qui a fait que les activités de pêche y étaient très développées. La production halieutique était abondante parce que toutes les pirogues y débarquaient leurs prises. Aujourd’hui, le secteur rencontre d’énormes difficultés. Selon Moustapha Guèye, l’ensablement du bolong empêche le débarquement des grandes pirogues, ce qui, renseigne-t-il, réduit les capacités de production. Cette situation a eu pour conséquence un exode de nos pêcheurs de Sokone. « Avec cet ensablement, nous avons plus de 300 pêcheurs qui sont aujourd’hui à Kafountine. Le manque à gagner est considérable », informe-t-il.

Pour le maire de Sokone, la relance du secteur passe par le dragage du canal pour faciliter l’accès des pirogues au quai de pêche. « Si on le fait, ça nous donnera un potentiel de 30 tonnes de poisson par jour », assure le maire « Petit » Guèye. « Notre projet d’économie locale qui peut booster l’auto emploi et générer des recettes pour la municipalité, c’est le projet pour la pêche, avec le dragage du canal d’accès, l’élargissement du quai de pêche mettre et la mise en place d’un système de froid. Cela va permettre de booster considérablement l’économie locale ».
 
Sokone ville sportive
Dans cette localité qui veut se positionner comme une ville sportive, le football reste le sport le plus pratiqué. Le handball, le karaté, le taekwondo et la lutte sont aussi pratiqués. Avec cette diversité, l’équipe municipale a initié, en 2016, des Olympiades pour offrir aux jeunes un cadre d’expression de talents cachés et la possibilité de participer à des compétitions sportives. « Les Olympiades constituent un évènement intercommunal de sport, une pépinière de futurs cadres sportifs et de futurs performeurs. Il essaie de combler le gap de compétitions, de motivations et de récompenses des sportifs méritants, mais aussi de politique de développement du sport », renseigne le maire de Moustapha Guèye. Il s’agissait, selon lui, de mettre en compétition six disciplines : taekwondo, karaté, football, handball, natation, avec une démonstration de badminton et une initiation des jeunes au Kids Athletics. « C’est un grenier potentiel pour les différentes équipes nationales et fédérations de sport du Sénégal », indique-t-il. Ces olympiades, selon Birane Cissé Thiam, visent à répondre à un besoin sportif Sokone qui dispose d’une équipe féminine de handball évoluant en première division depuis dix ans qui a pourvoyé l’équipe nationale de joueuses. En taekwondo, précise le directeur des Olympiades, l’Open de Sokone est inscrit par la fédération comme deuxième évènement national. « Ces compétitions se faisaient dans des structures privées qui nous laissaient faire, mais parfois quand ils ont besoin de leurs infrastructures, c’est gênant. C’est pourquoi on a pensé chercher les moyens pour construire nos propres infrastructures », indique-t-il.

« Cette année, on a acquis un dojo municipal dans le centre socio collectif avec l’appui de l’ambassade du Japon. On est en train de finaliser un complexe de handball, de basket à la promenade des Sokonois. Pour la natation, on pense à construire une piscine marine », fait-il savoir. « À travers ces Olympiades, nous voulons reconstituer notre patrimoine urbain sportif, ce qui fait que depuis, on se débrouille », indique M. Thiam.

Malgré cette volonté de booster la pratique du sport, l’appui de l’État est jugé très timide par les acteurs. « Si le ministère des Sports devient proactif et spontané dans le soutien aux initiatives locales, nous pouvons faire de Sokone une pépinière de cadres et de futurs performeurs pour les différentes fédérations du Sénégal », assure le maire qui a dit l’ambition de faire de Sokone une ville sportive.
 
Une ville en chantier
Aujourd’hui, Sokone se cherche un second souffle. La ville est en chantier. Sur le plan du cadre de vie, deux grandes places ont été aménagées. Il s’agit de la place de l’indépendance et la « promenade des Sokonois ». Un mur de l’indépendance a aussi été aménagé. « Ce mur qui fait 100 mètres a été peint par les artistes locaux à l’effigie des présidents du Sénégal, de Senghor à Macky Sall et aussi les anciens maires de Sokone », souligne le maire. En face du mur, note-t-il, se trouve la place de l’indépendance qui reste à aménager. La municipalité, précise-t-il, attend le financement de l’Adm pour un montant de 40 millions pour en faire une place pavée sur 3000 mètres carrés. « Nous avons aussi la plus belle place en face de la rivière et du ponton. C’est la « promenade des Sokonois » qui sera réalisée sur un espace de cinq hectares », fait savoir Moustapha Guèye. Cette place constitue, selon le maire, une fierté. « Depuis plus de deux décennies, cette zone n’a pas été fréquentée. C’était un dépotoir d’ordures. Nous avons mis des lampadaires solaires. Nous allons en faire un espace de loisir, avec un grand projet éco-touristique, une piscine marine entre les pontons qui pourra abriter des compétitions en eau libre de 200 sur 80 mètres de large », fait-il savoir. Selon le maire, Sokone est en chantier. D’ailleurs, indique-t-il, le président de la République avait promis 5 km de voirie en accompagnement avec la construction de la route Keur Wally Ndiaye-Sokone. La municipalité, selon le maire, attend toujours et espère que ce projet améliorera davantage le cadre de vie.

Si Sokone est l’une des portes d’entrée du Delta du Saloum et bénéficie d’une biodiversité qui lui offre d’énormes potentialités de développement d’activités touristiques, ce secteur n’est pas très bien développé. Malgré les efforts des autorités municipales qui ont initié des projets comme l’aménagement de la corniche de Sokone, la promenade des Sokonois, la construction d’une maison des hôtes, la restauration et valorisation des patrimoines historiques de Sokone, la création du réseau des acteurs culturels. Acteur touristique, Issa Barro, estime que l’activité touristique n’est pas aussi développée à Sokone. « L’activité est plus concentrée à Toubacouta. Il n’y a pas beaucoup de promotions qui permettent à Sokone d’avoir une très grande fréquentation ».

Aujourd’hui, Sokone qui veut retrouver un nouveau souffle est une ville qui bouge, selon son maire. « Les artistes de Sokone sont en train de dessiner les images de Sokone, les chanteurs chantent Sokone et les jeunes sont en train d’écrire l’histoire de Sokone à travers le sport, leurs talents et leur expertise pour écrire une nouvelle page de l’histoire de cette cité », se réjouit-il.

Par Mohamadou SAGNE et Samba Oumar FALL (textes)
et Ndèye Seyni SAMB (photos)

Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.