grandair

Le consommer sénégalais

12 Mai 2017
1072 times

Depuis quelques jours, il n’y a que le « riz en plastique » au menu des colporteurs de ragots. A les entendre parler, on croirait que les populations sont dans l’insécurité alimentaire. Beaucoup, comme moi, ne mettront pas sous la dent cette « céréale » sortie du néant de l’esprit de certains individus qui ne débitent que des… salades. Du grain à moudre, nous en avons pourtant dans notre pays. A l’approche de l’hivernage, nos énergies devraient plutôt aller à la préparation des terres de culture, à la mise en place des facteurs de production (semences, intrants) et à la remise en état des outils aratoires. La révolution verte passe nécessairement par là.

Malheureusement, bon nombre de nos compatriotes dissertent sur ce « riz en plastique » qui, en ce qui me concerne, est aussi futile que des bagues pour un lépreux. A supposer même qu’il existe et menace notre santé, n’y a-t-il pas une bonne manière de s’en éloigner et, par conséquent, de ne pas en souffrir ? Il s’agit, tout simplement, de produire et de consommer sénégalais. Sur cette belle terre sénégalaise d’Afrique, nous avons le riz de la Vallée, de la Casamance et du Sine, le fonio de Tambacounda et Kédougou, le maïs du Niombato, le mil et ses dérivées du Saloum, le niébé du Ndiambour, le manioc du Cayor et l’arachide du Baol. C’est fou comme les produits agricoles sénégalais, avec les recettes culinaires qu’ils permettent, peuvent encore vous surprendre.

Associez-les avec la viande ou le lait de la zone sylvopastorale, le poisson frais, fumé ou séché de Saint-Louis et de la Petite Côte, le poulet de Sangalkam, les légumes de Podor et des Niayes et la citrouille du Fouta. Avec le riz local, de succulents « thiéboudieune », « thiébou yapp », « thiébou guinaar » et « maafé » vont sortir de vos marmites. Le mil et ses dérivées, comme le « sankhal », font de bons « mbakhalou saloum », « niéleng », « lakhou soow » et « lakhou bissap ». Le niébé permet de réaliser ces délicieux mets que sont le « ndambé » et les « akara ». Consommer sénégalais, c’est participer à l’émergence d’une nouvelle mentalité, c’est travailler pour notre sécurité alimentaire.

Par Cheikh Aliou AMATH

Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.