grandair

Prime à l’accessoire

19 Jui 2017
1455 times

« Monsieur untel a tout dit, je vais juste placer un mot » ! Combien de fois on a entendu cette phrase dans nos assemblées où il faut se répandre en éloges sur l’âme munificente pour lui rendre grâce et quelquefois sangloter afin que l’effusion soit bien poignante. Et puis, le quidam déblatère et oublie sa promesse d’un « mot ». Il s’épanche sous les ovations de quelques excités friands de saillies divertissantes, à la manière des groupies, et ne se prive pas de lancer quelques piques mesquines aux grippe-sous ; espèce favorisant peu les « représentations théâtrales ».

Ne faisant pas partie de la « haute société » et n’ayant rien à dire à part « machiner » sa prochaine sollicitation qu’il a du mal à dissimuler, on n’aura aucune gêne à arrêter ses tendresses intéressées. Il faut bien que les autres quémandeurs aient, eux aussi, leur temps de mise en scène, de parole comme cela se passe dans les assemblées politiques où on loue le génie et la vision éclairée de sa majesté ; ces moments pendant lesquels on dévoile notre fourberie et notre sens du spectacle. Sa majesté et les aspirants au trône n’auront finalement pas besoin de nous dessiner le « réel du lendemain ».

Les chantonneront avec nous, âmes jouisseuses sans répit. Combles d’inconséquences, nous nous offusquerons de leur légèreté. C’est nous qui favorisons cet abêtissement bien fructueux pour cette coterie ! Nous nous plaisons dans le « négligeable », le folklore. Le folklore, nous dit-on, c’est l’ensemble des traditions populaires d’un pays. Il est donc une utopie de vouloir nous en départir. Toutefois, quand nous ne parvenons plus à distinguer l’essentiel de l’accessoire, c’est qu’il y a rupture de sens, d’un équilibre. La capacité de discernement est un signe d’intelligence d’un peuple, une manifestation d’une « volonté de… ».

Il nous arrive souvent de nous rendre à des cérémonies de présentation de livres censées être des moments d’échanges sur diverses questions de grande importance qui nous interpellent. Hélas, elles sont devenues, au grand dam des âmes férues de ces réceptacles d’idées, de triviales parades de saltimbanques où le louangeur a pris le pas sur l’érudit, le poulain sur le critique. On n’hésite pas à se faire escorter par une pléthore d’amuseurs encombrants, de chanteurs, de son vénéré et curieux guide religieux (la nouvelle vague bien sûr) et ses accompagnateurs zélés qui indisposent l’assistance parce que sa dignité requiert qu’il soit à la bonne place. Les sièges, le protocole… tout est fichu. Le pauvre « intello » (si on l’écoute) commence à ennuyer les bonnes dames, les séducteurs à l’esbroufe, les chiqués désormais passés d’auditeurs à animateurs ! Et les sermons inappropriés de l’Imam, venu témoigner de la grandeur d’âme de l’auteur, puent « facturou jakk ji faya gounou ko » (la facture de la mosquée encore impayée). C’est pire que la chienlit de nos parodies de combats de lutte. Le tintamarre est désormais un élément de la jouissance auditive. Tout cela a fini par nous paraître si normal, si anodin, si juste.

Entre les petites prévenances dont on entoure les « yax bu rey », les divagations, les « chants en l’honneur de… », on oublie qu’il faut parler du livre, objet de la rencontre. Il y en a qui achèteront l’ouvrage en guise de reconnaissance, arborant ainsi une humanité de circonstance. C’est peut-être la seule action louable d’un jour festif. Le livre aura trouvé acquéreur. Et un lecteur ? C’est moins sûr. C’est juste un élément du décor contribuant à l’harmonie des couleurs dans une salle surchauffée.
A suivre…

Par Alassane Aliou Fèré MBAYE

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.