grandair

Capitale de l’Azerbaidjan : Bakou, vitrine d’un pays en quête d’ouverture sur le monde

21 Jui 2017
2479 times

Bakou, la capitale azerbaïdjanaise a été le point de ralliement du monde musulman du 12 au 22 mai dernier. C’était lors des 4èmes Jeux de la solidarité islamique. Les participants ont saisi l’occasion pour mieux connaître ce pays de l’Asie centrale, ancienne République soviétique dont la principale ville affiche plusieurs atouts alliant enracinement et ouverture. Etape importante de l’ancienne Route de la Soie, Bakou est la vitrine d’un pays qui, après son indépendance, poursuit son expansion.

Bakou offre au visiteur qui y met les pieds pour la première fois l’image d’une ville très propre avec de larges avenues, beaucoup d’espaces verts qui bordent les routes et des places publiques. De l’aéroport international Heydar Aliyev, distant de 16km du centre-ville, aux principaux quartiers de la ville, les arbres défilent, alternant avec les grandes constructions. S’offrent au regard du visiteur qui débarque, de longs murs bordant les avenues et des espaces verts bien entretenus par une armée de travailleurs qui se relaient sur les différents sites à longueur de journée. Et le fruit du travail est très édifiant : pas une feuille qui virevolte encore moins du gravat qui déborde des chantiers sur les trottoirs. Dans cette ville en constante progression, les immeubles poussent comme des champignons ; un progrès encouragé et entretenu par l’exploitation du pétrole dont le pays exporte environ un million de barils par jour. Et Bakou, la principale métropole, s’affiche un peu plus comme la destination privilégiée des couches aisées du pays mais également des Etats voisins. Du coup, les grandes surfaces foisonnent de partout. Des boutiques de grand luxe qui s’alignent tout au long des grandes avenues proposent aux passants des produits de marque (cosmétiques, vêtements comme automobiles). Pas étonnant dans un pays qui aspire à faire de sa capitale, un hub touristique et commercial dans la région à l’image de Dubaï au Moyen-Orient.

En ville, plusieurs attractions égaient journellement le séjour des visiteurs et le quotidien des habitants. Bakou compte des espaces verts à foison aussi bien sur sa façade maritime qu’au bord de ses larges avenues. Si ce ne sont pas des parcs, il s’agit d’espaces aménagés pour recevoir, à longueur de journées, les visiteurs. Le Parc zoologique, situé au cœur de la ville, est un lieu privilégié vers lequel convergent des centaines de curieux qui peuvent contempler des tigres, des lions, des oiseaux, des singes, ou encore, des animaux exotiques.

En tout, quelques 1193 animaux de 168 espèces auxquels s’habituent jeunes écoliers et touristes s’y côtoient sur une superficie de 4,25 hectares. Le Parc occupe une bonne place dans les habitudes des citadins et se positionne comme un endroit qu’il faut visiter à tout prix. Toujours sur le front de mer, de larges esplanades bordent la Mer caspienne et constituent des lieux de villégiature pour les visiteurs qui peuvent admirer, à longueur de journée, la beauté du milieu.

Un musée riche de 10.000 objets
Musée du tapis de BakouSinon, des vitrines et autres espaces de détente s’offrent également à la curiosité des visiteurs avec parfois, une architecture futuriste. Deux bâtiments originaux attirent l’attention des passants : d’une part, le Centre culturel Heydar Aliyev et d’autre part, le Musée du Tapis de Bakou. Le premier est un complexe ultra moderne d’environ 100.000 mètres carrés, édifié sur l’Avenue Heydar Aliyev et comprenant un centre de congrès, un musée, une bibliothèque et un parc d’une superficie de 9 hectares. Il a été construit entre 2007 et 2012 sur le sommet d’une colline urbaine dans le quartier le plus récent de la ville et pour relater la vie du père du président de la République dont il porte le nom.

Le musée du Tapis et des arts appliqués inauguré en 2013 est construit en forme de tapis enroulé et se trouve sur le boulevard en bordure de la Mer caspienne. D’une grande originalité par son architecture, le bâtiment a pris le relais d’une ancienne mosquée de la vieille ville qui faisait office de musée. A l’intérieur, on retrouve exposées, les créations des 19ème et 20ème siècles d’un art azerbaïdjanais classé aujourd’hui au Patrimoine culturel immatériel de l'Unesco. Et l’inventaire officiel répertorie « plus de 10 000 objets historiques et des œuvres d’arts qui sont conservés à l’intérieur ». Il expose également de très nombreux tapis, dont les caractéristiques techniques sont détaillées par de petits écriteaux en anglais. On peut admirer le tapis le plus ancien qui date du XVIIe siècle, mais la plupart des pièces exposées a été tissée au début du XXe siècle.

Old City contre ville nouvelle
La ville de Bakou a la particularité d’être divisée en deux blocs distincts. Si certaines métropoles se subdivisent en endroits chics d’une part et en bidonvilles de l’autre part, la capitale azerbaïdjanaise offre une autre image. Avec d’un côté, l’ancienne ville communément appelée Old City avec ses bâtisses et places historiques et de l’autre, la nouvelle ville où les nouvelles constructions rivalisent d’originalité et de beauté. Dans l’ancien-Bakou, les anciennes constructions se côtoient avec des balcons en bois donnant sur des chemins étroits. Ici, les vestiges de la civilisation azérie sont visibles à travers l’architecture. La vieille ville de Bakou est présentée comme le quartier historique résidentiel et une réserve historico-architecturale au centre de la métropole.

Avec plus de 1.300 familles qui habitent sur une superficie de 221.000 m2, occupée par la réserve. Ici, les métiers artisanaux ainsi que le commerce sont assez développés et le visiteur se voit proposé plusieurs articles par les antiquaires qui pullulent le long des rues. Cette partie de la ville regorge de curiosités. Au rang des monuments historiques, la Tour de Vierge (Qiz Qalasi en Azéri et Maiden Tower en anglais). Avec le Palais des Chirvanchahs, cet édifice d’une hauteur de 30m est l’une des attractions de la Vieille ville. Avec un ticket vendu à 1,6 manat aux locaux et 8 manats (environ 2500 francs) aux étrangers, le visiteur peut escalader ce monument à travers un escalier minuscule qui ne permet pas un passage simultané de deux personnes. Du coup, la horde de visiteurs est obligée d’attendre pour monter ou descendre à tour de rôle. Heureusement que ces escaliers ne donnent pas sur de hauts niveaux puisque le toit est à peine haut de 2 mètres. Il est donc facile de se retrouver au toit de la Tour après sept niveaux où l’on découvre sur des écrans ou par des images 3D, quelques récits et légendes de la ville ou qui racontent des histoires de la Tour dont la date de construction n’est pas connue, selon la version officielle. Il n’en demeure pas moins que l’édifice qui a servi de phare aux 18ème et 19ème siècles, est entré en décembre 2000 dans la liste des monuments du Patrimoine culturel mondial de l’Unesco en même temps que le Palais des Chirvanchahs. Ce dernier est un édifice médiéval dont la construction entamée au XIIe siècle a été achevée définitivement au XVe siècle.

Nouveaux et anciens quartiers sont séparés par une muraille fortifiée grâce à laquelle les habitants se protégeaient des offensives ennemies, en particulier des invasions russes, selon les récits. La nouvelle ville concentre l’essentiel des constructions futuristes qui font la fierté des autorités. De toutes les nouvelles constructions qui ornent le décor et s’offrent à la vue des habitants et visiteurs, les Flame Towers ont l’une des formes les plus originales. Construites sur l’une des principales collines de Bakou entre octobre 2007 et avril 2012, les trois tours qui se font face, font office de bureaux pour l’une, d’appartements pour l’autre et enfin d’hôtels et restaurants pour la dernière. La nuit, c’est un spectacle saisissant qui se dégage des lieux grâce à plus de 10 mille lampes LED disposées sur leurs façades ; ce qui en fait des torches illuminant la colline et les habitations environnantes.

Non loin de là, sur les rives de la Mer Caspienne, la fierté nationale est mise en exergue de fort belle manière, avec un édifice imposant dénommée la Place du drapeau national. Une construction qui ne passe pas inaperçue depuis son inauguration le 1er septembre 2010. Avec des mensurations démesurées (70m de longueur et 35m de hauteur), le drapeau azerbaïdjanais est installé sur un mât de 162m. Ce monument a détenu, pendant un peu plus d’un an, le record du drapeau le plus haut perché du monde avant que le pays voisin, le Tadjikistan ne le supplante avec un flambeau hissé à 165m sur la baie de Douchanbé, la capitale, à l’occasion du 20ème anniversaire de l’indépendance de cette ancienne République soviétique d’Asie centrale. D’autres constructions aussi impressionnantes les unes que les autres sont entreprises pour donner à la ville, un rayonnement de plus en plus prononcé en adéquation avec les pouvoirs publics et les investisseurs.

Bakou, une ville sportive
Grand prix AzebaïdjanL’édition 2017 des Jeux de la Solidarité islamique a été un rendez-vous de plus pour la capitale azerbaïdjanaise dans sa panoplie d’événements sportifs qu’elle a organisés ou s’apprête à abriter.

Bakou s’affiche, en effet, de plus en plus comme une destination privilégiée pour abriter des compétitions internationales. Pas étonnant si l’on sait que le président de la République, Ilham Aliyev est le président du Comité national olympique local depuis 1997. Aussi, la première dame, par ailleurs première vice-présidente du pays, est également la présidente de la Fédération azerbaïdjanaise de gymnastique. Un ancrage dans le mouvement sportif du couple présidentiel qui se matérialise donc par un investissement accru dans le sport. Au-delà des infrastructures qui accueillent les joutes, les transports, l’hébergement ou encore la restauration ont été de grande qualité durant les Jeux de la Solidarité islamique (du 12 au 22 mai dernier) où 16 sites avaient accueilli les athlètes de 20 disciplines.

Cet énorme investissement, par delà les événements sportifs, vise également à assurer le rayonnement de la ville. Et le summum dans l’organisation de manifestations sportives se trouve être l’accueil des Jeux olympiques, le plus grand événement sportif du monde. Et même si Bakou n’a pas encore eu ce privilège, ce n’est pas faute d’avoir essayé : elle a, en effet, été candidate à l’organisation des JO d’été de 2016. Une candidature, toutefois, rejetée durant la phase préliminaire de sélection. On sait que, finalement, c’est Rio de Janeiro qui avait été retenue. Bakou a retenté sa chance pour les Jeux olympiques d’été de 2020, sans plus de succès puisque c’est la métropole japonaise, Tokyo qui a été choisie. Néanmoins, la presqu’ile azerbaidjanaise peut s’enorgueillir d’avoir accueilli des événements d’envergure mondiale. Dès 2004 et sous la houlette de la présidente de sa fédération de gymnastique qui n’est autre que sa Première dame, la ville s’est vu confier l’organisation des Championnats du monde de gymnastique rythmique de 2005 avec la participation d’athlètes venus de 48 nations.

En 2012, l’assemblée générale des Comités olympiques européens a retenu Bakou pour abriter les 1ers Jeux européens en 2015. Ce qui est, jusqu’à présent, le plus grand événement multi-sport organisé dans l’histoire de l’Azerbaïdjan. Une manifestation à laquelle 50 pays européens avaient envoyé des athlètes. Elle précède les Jeux islamiques dont le format est quasiment le même et elle a mobilisé la presque-totalité des ressources humaines comme infrastructurelles.

Tout comme l’Olympiade d’échecs, le championnat d’Europe de football des moins de 17 ans que la ville a déjà accueilli. S’y ajoute une nouvelle manifestation d’envergure internationale. En effet, pour marquer les 60 ans de sa première édition, le Championnat d’Europe de Football se disputera, en 2020, dans 13 villes du Continent. Et le stade olympique de la capitale azerbaïdjanaise d’une capacité de 68.700 places a été retenu pour abriter trois matchs de poules et un quart de finale de ce tournoi. Prochainement, la ville va également accueillir le Championnat d’Europe de volley-ball féminin.

Dans le cercle fermé de la Formule 1
Flame Towers BakouEn 2016, cette ville située au bord de la Mer caspienne a franchi un nouveau cap, avec l’inscription de son circuit automobile dans le calendrier de la Formule 1. Et parallèlement aux Jeux de la Solidarité islamique, Bakou était en plein dans la préparation de cet événement qui mettra le pays sous le feu des projecteurs. Ce qui est d’ailleurs l’un des objectifs visés par le pouvoir qui veut « positionner l’Azerbaïdjan en Europe et démontrer leur volonté d’ouverture aux visiteurs étrangers ». Et après le succès de la première édition, les organisateurs ont décidé de le renommer Grand Prix d’Azerbaïdjan, et non plus Grand Prix d’Europe, son appellation antérieure.

La course qui sera le 8ème des 20 rendez-vous que compte, cette année, le calendrier de la saison de Formule 1, aura lieu le 25 juin courant sur le circuit urbain de Bakou. Ce circuit automobile temporaire est situé près du parc maritime de Bakou, où les tentes et autres tribunes provisoires commencent à s’élever pour accueillir les spectateurs. Il a accueilli, pour la première fois, le Grand Prix d’Europe de Formule 1, le 19 juin 2016. Cette année encore, les concurrents arpenteront 52 fois le circuit fermé de 5,872km soit une distance totale de 305,344 km. L’histoire retiendra que c’est le champion du monde allemand, Nico Rosberg sur Mercedes qui s’était imposé lors de la première édition.

Dakar Square, en souvenir d’un jumelage scellé en 1967
A cinq stations de métro de la gare de Koroglu, en allant vers l’est, se trouve celle de Neftchilar. Un endroit dont le tunnel débouche sur un rond-point où la circulation est dense en ce début d’après-midi et où le passage est réglementé par un agent de police malgré la présence de feux de signalisation. Pour accéder à la place où se dressent trois colonnes verticales, il faut l’intervention du policier en poste pour intercéder auprès des automobilistes nombreux à cette heure de pointe. Ici, se trouve la Place Dakar ou Dakar Square ou encore Dakar Circle ; un endroit pour matérialiser le jumelage entre la métropole azerbaïdjanaise et la capitale du Sénégal. L’endroit est situé à l’intersection de la rue Rustam Rustamov et de l’avenue Kara Karayev, près de la station de métro « Neftchilar ».

A l’entrée de la station, une plaque multicolore s’offre aux passants avec les inscriptions « Cités Unies » pour faire un clin d’œil à l’union que la métropole a scellée avec Dakar au même titre qu’avec huit autres villes du monde. Plusieurs habitants (dont notre guide) et passants ignorent tout de la ville dont le nom est inscrit sur le mur. Pire, beaucoup de passants ignorent jusqu’à l’histoire de cette place et l’existence de la ville jumelle. Et selon la présentation officielle, « la place a été nommée à l’honneur de la ville de Dakar, capitale du Sénégal et de la ville jumelle de Bakou. Ces deux villes ont été jumelées en 1967 ». C’était sous le magistère du Docteur Samba Guèye. Et vingt ans plus tard, en septembre 1987, à l’occasion du centenaire de la fondation de la ville de Dakar, une délégation de la municipalité de Dakar s’était d’ailleurs déplacée à Bakou et avait visité la place dédiée à la capitale sénégalaise. Au centre de cette place, trône un monument de sépulcre orné de mosaïques, d’images de colombe et de salutations, ainsi d’un panneau incrusté représentant les armoiries de deux villes et avec les mots « Cités Unies », du côté est.

La culture pour plus d’ouverture
Centre culturel Heydar HaliyevSi le visiteur n’est pas emballé par la verdure, les attractions ne manquent pas pour satisfaire sa curiosité.
Des édifices récents comme anciens sont conseillés aux voyageurs et sont pris d’assaut toute la journée pour des moments de détente. Dans leur quête de grandeur, les autorités de ce pays affranchi de l’Union soviétique en 1991 au même titre que 13 autres nations voisines, ont entrepris des chantiers de prestige. Un besoin de s’affirmer qui a un coût et la famille présidentielle n’a pas lésiné sur les moyens tirés principalement de l’exploitation du pétrole dont des puits artisanaux sont encore visibles à quelques endroits de la ville.

Et du côté du sport, rien de telle que la culture pour assurer au pays, un rayonnement international. C’est dans cette optique que l’Azerbaïdjan a accueilli, en mai 2012, la finale du concours de l’Eurovision : un concours international de chant auquel avaient pris part de jeunes prodiges de la chanson européenne issus de 42 pays du Vieux Continent. Pour cela, il avait fallu construire un Palais de la Chanson, le Crystall Hall qui a, depuis lors, accueilli des manifestations sportives dont les épreuves de karaté, d’escrime, de taekwondo, de volleyball, de boxe et de zurkhaneh aux Jeux européens et de la Solidarité islamique.

Avec cette organisation, il s’agissait, pour les autorités azéries, de s’assurer une publicité internationale puisque des centaines de millions de téléspectateurs suivent, chaque année cet événement. « L’organisation de l'Eurovision doit apporter la démonstration de notre culture, de nos traditions, de nos tolérances et de notre modernité », disait alors un des principaux conseillers du président Ilham Aliyev. Le but poursuivi était, en effet, de vendre, grâce à la vitrine Bakou, l’image de l’Azerbaïdjan à l’Occident.

De notre envoyé spécial à Bakou (Azerbaïdjan), Ousseynou POUYE

 

Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.