grandair

Alcool, drogue, violence…La face cachée des mariages mixtes à Mbour

23 Jui 2017
1105 times

Dans les localités situées sur la Petite Côte sénégalaise, les retraités européens entament une seconde jeunesse. Des personnes d’un âge très avancé épousent de jeunes de notre pays et mettent à leur disposition toutes les commodités. Mais cet eldorado se transforme souvent en cauchemar pour ces jeunes. Souvent trahis, ils trouvent refuge dans l’alcool, la violence, la prostitution...

La trentaine sonnée, Fa attend un taxi sur le bord de la route longeant la mairie de Saly Portudal. La mine renfrognée, elle regarde d’un œil méprisant les passants. Derrière ce mépris, se cache une amertume. «  Il fut un temps, elle roulait sur des millions. Elle avait un mari européen qui l’a finalement lâchée pour une autre fille », explique un jeune vendeur. Cheikh Fall, gérant d’un bureau de change, fait partie des personnes qui en savent sur Fa, une personne bien connue à Saly. Il corrobore les propos du jeune marchand. « Fa avait une voiture et était tous les jours dans les boites de nuit avec son copain. Maintenant, elle est désœuvrée », raconte-t-il.

« Elle avait épousé un vieil homme blanc. Celui-ci avait déménagé au Sénégal, mais a finalement choisi de rentrer dans son pays. En partant, il a refusé d’embarquer sa jeune épouse sénégalaise », ajoute notre interlocuteur. Des jeunes ayant subi le même sort que Fa, Saly Portugal en compte beaucoup. «  Beaucoup de filles contractent des mariages mixtes, mais le plus souvent la relation aboutit au divorce », fait remarquer Cheikh Fall. « Ces ruptures plongent les jeunes dans la précarité, parce qu’ils sont habitués à la belle vie. Une retraitée européenne de 75 ans peut épouser un jeune de 25 ans et l’abandonner après quelques années, parce que le cadet n’est plus performant. Quand il n’en peut plus, elle n’hésite pas à l’abandonner », dit Mame Thierno Sarr, marchand ambulant.

Les exemples ne manquent pas pour étayer les propos. « Un jeune natif de Gandiaye, dans le département de Kaolack, a vécu le même sort. Il avait épousé une vieille Européenne de 60 ans. La femme avait acheté une villa à Saly. Elle avait aussi mis à sa disposition un véhicule. Le jeune faisait du sport tous les jours pour être en forme.

La vieille ne voulait que sa force physique. Au bout de deux ans, le jeune a craqué. Il fuyait. Pour le pousser à la porte, la femme l’a accusé de vol », explique-t-il. « Finalement, ce jeune s’est retrouvé dans des difficultés. Sans argent, il passait presque tous les jours dans les boites de nuit. Il avait réussi à trouver une autre épouse européenne. Mais cette fois-ci, il a négocié pour partir avec elle en Europe. Depuis qu’il est parti, je n’ai plus de ses nouvelles », ajoute Mame Thierno.

Des unions basées sur l’argent
Mariage mixte SénégalSaly Portudal, Somone, Nianing, Pointe Sarrène, Mbodienne, Mbour et les autres localités situées sur la Petite Côte sont touchées par le phénomène. Les jeunes victimes sont nombreuses. « Il suffit juste de visiter les boîtes de nuit avec une personne qui connaît bien la zone. Tu ne verras que des personnes trahies qui se retrouvent dans la précarité. Si elles ne sont pas alcooliques, elles plongent dans la violence ou la prostitution », fait remarquer Aïcha, une vendeuse. « Les personnes très âgées qui se marient avec des jeunes au Sénégal savent qu’elles ne peuvent pas avoir cela eu Europe. C’est pourquoi, je ne les considère pas comme des touristes, mais des « Sénégaulois », se désole la jeune Sénégalaise qui décrie le comportement de ses compatriotes.

« Les Blancs sont partis. Il ne reste que des toubabs sénégalais. Tu les vois à Ngaparou, Toubab Dialao, Somone. Tu verras souvent dans ces localités des Blancs qui se marient à des filles sénégalaises. Ces unions sont basées sur l’argent. Les Blancs donnent des voitures et des maisons », déplore de son côté Sitapha, un jeune chauffeur de taxi. « Je ne pense pas trouver une vieille toubab. Il y a des jeunes qui sont souvent hébergés par des Européennes. Ils oublient souvent leurs parents. Ils passent tout leur temps avec l’Européenne », poursuit notre interlocuteur.

Khadim Sarr, boutiquier à Saly, estime qu’aucun jeune ne doit accepter de sacrifier son avenir pour de l’argent. « Un mariage entre une jeune et un vieux n’est pas une bonne chose. Avoir 19 ans et se marier avec un homme de 70 ans ressemble à un suicide. Une fille qui le fait se retrouvera, un jour, dans la souffrance. Nous avons vu des filles qui géraient des millions et qui se sont retrouvées dans la dèche. Elles n’ont plus rien », alerte-t-il. M. Sarr réfute les propos de ceux qui soulignent qu’il y a des cas de réussite. « Il y a quelques réussites, mais les échecs sont plus nombreux.  Tu peux avoir une belle maison, mais tu auras une fin triste », prédit Khadim Sarr.

SALY PORTUDAL : Incursion dans un paradis terrestre
Saly Portudal est un centre commercial à ciel ouvert, un site touristique prisé mais aussi un paradis terrestre où des vieux de 70 ans marient des jeunes d’à peine 20 ans. La nuit, les donjuans de tout poil vont à la quête des rôdeuses nocturnes friandes de billets de banque.

En franchissant le panneau d’affichage souhaitant aux voyageurs, en gros caractères, la bienvenue à Saly Portudal, le visiteur pourrait vite se croire en territoire européen. Une sorte de « Little France ». Ils n’avaient pas tort, ces migrants d’un pays voisin qui, en partance pour l’Espagne à bord d’une embarcation de fortune, avaient commencé à jubiler en apercevant la station balnéaire qui, en pleine nuit, leur semblait être la porte de l’Espagne. En effet, après une longue période de traversée de l’étendue bleue, ces voyageurs clandestins, voyant Saly briller de mille feux, croyaient qu’ils étaient arrivés à destination.

Ces charmants coins
vue aérienne SalyLes malheureux migrants étaient seulement charmés par la beauté des installations hôtelières de Saly. Dans cette localité située à droite de l’entrée de Mbour en provenance de Dakar, le décor, au fur et à mesure que l’on pénètre à l’intérieur de la ville, indique que l’on est bien dans une zone touristique. Ici, les supermarchés, les restaurants chics, les bars, les dancings et les grands hôtels côtoient les banques, les assurances et les bureaux de change. Malgré le Ramadan, ces lieux ne désemplissent pas. Les vendeurs de tableaux d’art et d’objets exotiques et autres sculpteurs complètent ce décor où des touristes enthousiastes sont heureux de faire leurs courses. Tant mieux pour l’économie locale.

Il faut dire que dans ce site touristique très réputé, l’activité économique est toujours intense. Toute la journée, des transactions sont effectuées. En réalité, Saly n’est qu’un centre commercial à ciel ouvert ! Autre indication que l’on se trouve en zone touristique, la présence de nombreux étrangers avec leurs incessants va-et-vient tout au long de la journée. Ils sont, en majorité, des Français. Mais on y rencontre aussi des Italiens, des Anglais et des Maghrébins. Tout porte à croire qu’ils sont bien intégrés, vu l’épanouissement dont ils font montre. « Ici, on peut trouver tout ce que l’on veut à des prix convenables », se réjouit Fabrice, un retraité français qui a manifestement pris goût à son séjour sénégalais. Après une première visite fructueuse en février dernier -il y a trouvé femme, une jolie liane- le septuagénaire espère revenir, sous peu, s’installer définitivement au pays de la « Téranga ». Il n’est pas le seul. Ils sont, en effet, nombreux, les retraités occidentaux qui, après une carrière professionnelle bien remplie chez eux, décident de finir leurs jours sur la Petite Côte, dans ces charmants coins comme Saly Portudal. Avec l’argent épargné pendant leur carrière professionnelle, ils sont assurés de pouvoir se la couler douce à Saly où le coût de la vie est relativement peu chère. Cerise sur le gâteau, certain(e)s se paient le luxe de se taper une jeune Sénégalaise ou un jeune Sénégalais. 

Peu leur importe l’écart d’âge souvent très grand ! « Le cœur a ses raisons que la raison, elle-même, ignore », dixit le chanteur ! « Ils (les retraités européens) ont chez nous ce qu’ils ne peuvent pas avoir chez eux. Imagine un Sénégalais de 60 ans se marier avec une jeune Sénégalaise de 18 ans ou une vieille Sénégalaise de 75 ans se marier avec un jeune de 20 ans. Cela est presque impossible chez nous », fait remarquer Babacar Guèye, le 3ème adjoint au maire de Mbour.

Saly by night
Saly PortudalUn tour à Saly permet de se convaincre de la forte présence des couples mixtes dans cette station balnéaire où ils se baladent en plein jour, bras dessus, dessous. Et si l’on en croit un autre Babacar Guèye, premier adjoint au maire de Saly, la tendance des couples mixtes est à la hausse ces dernières années. Autant dire que le phénomène a encore de beaux jours devant lui, en dépit des désillusions dont ont été victimes plusieurs jeunes gens. Abandonnées comme des malpropres, certaines filles se sont réfugiées dans l’alcool et la prostitution. « D’autres croupissent en prison », révèle encore Babacar Guèye qui ne voit « aucun avantage dans les mariages mixtes ».

La nuit, Saly Portudal vit au rythme des bals et autres soirées torrides où la luxure le dispute à l’alcool. C’est un autre monde ! En quête de belles rôdeuses, les viveurs nocturnes et les donjuans de tout poil prennent d’assaut les cafés, cabarets et auberges pour passer du bon temps. Pendant ce temps, les patrouilles de la gendarmerie sont permanentes pour éviter tout débordement. Dans les rondpoints, des travailleuses de sexe, ayant loué des taxi-clandos pour toute la nuit, attendent avec impatience l’arrivée des clients. Parmi elles, des Sénégalaises, mais aussi des Africaines de la Sous-région notamment des Nigérianes et des Ghanéennes.

Un homme, la trentaine, s’avance sans hésiter au milieu de la foule. Il doit être un client régulier des lieux vu l’assurance avec laquelle il s’y prend. Une fille, en robe hyper courte, vient à son encontre. Ils sympathisent et après quelques minutes de discussion, le marché est conclu. Le jeune homme et sa partenaire s’engouffrent aussitôt dans un taxi-clando, direction la sortie de Saly, vers Mbour. Bientôt, on ne pourra plus compter les couples qui répéteront le même scénario. A la grande satisfaction des chauffeurs de taxi-clandos qui doivent se frotter les mains.

A l’origine un village de pêcheurs, Saly a radicalement changé de visage grâce à une urbanisation rapide, au tourisme et aux infrastructures connexes. L’impact socio-économique du tourisme dans la vie des habitants est réel. Mais si l’on en croit un journaliste, sous couvert de l’anonymat, qui connaît bien la zone, beaucoup de personnes croulent encore sous le poids de la pauvreté. « Il y a un grand paradoxe puisque malgré ce développement lié au tourisme, nombreux sont ceux qui peinent à joindre les deux bouts,», explique-t-il. Selon lui, une bonne partie des habitants pauvres est concentrée au village traditionnel de Saly Niakh Niakhal. Là-bas, pour échapper à la pauvreté et la dureté de la vie, beaucoup de jeunes filles se sont jetées dans les bras des touristes européens. « Certaines belles maisons y ont été construites par des filles mariées à des Européens », renseigne-t-il.

Par Babacar DIONE et Diégane SARR

Last modified on vendredi, 23 juin 2017 15:56
Rate this item
(0 votes)

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.