grandair

Ticket d'Entrée (91)

Emersion spirituelle

30 Jan 2017
1350 times

Aladji avait fait vœu de chasteté l’an dernier, à la veille du pèlerinage à La Mecque. Une piété subite l’avait prise une semaine avant son départ, et il avait prié Dieu de le préserver dorénavant des plaisirs futiles de la terre dont ceux de la chair, pour désormais le maintenir dans une constante posture d’élévation spirituelle. Vœu réaffirmé aux lieux saints. Aladji était pris par ce même vertige qui a fait chanceler nombre de vies au contact de la Kaaba. Beaucoup de saints ont connu une seconde naissance à La Mecque.

Après la ripaille du retour, Aladji voulut se replonger dans les délices de la chambre nuptiale de sa jeune « ñaarel » qui s’est dépensée comme jamais en ingrédients de toutes sortes pour célébrer dignement l’émersion spirituelle de son « plus fort ». Mais Dieu, quand il exauce un vœu, c’est pour la vie. Cette nuit-là, Aladji eut une insuffisance de flux sanguin là où il faut, au grand dam de sa belle qui, dans cette fraîcheur vespérale, multiplia les « tchiip » et les « tcham ». Depuis, Aladji cherche à retourner sur ses pas pour faire vœu de… licence.

Par Sidy DIOP

Dépuceleur de narines

27 Jan 2017
1285 times

Une question posée par un jeune curieux subjugué par cette poudre blanche qui, tous les jours, cherche à forcer les barrages douaniers par des moyens les plus insolites : Comment découvre-t-on la coke ? Souvent par l’intermédiaire d’amis, entre intimes, en territoire balisé, là où on accepte de sauter dans l’inconnu. « Fais gaffe, déconne pas, évite d’en abuser », prévient toujours le dépuceleur de narines vierges. Le conseil est parfois aussi vain que le « à consommer avec modération » collé sur les bouteilles d’alcool. Le vice est inavouable et tous les subterfuges sont bons pour ne pas laisser deviner (et s’avouer) que la coke vous fait office de béquille. Dire, pourtant, que la folie de la coke est liée à la dissolution des mœurs est un raccourci facile. La réalité est plus complexe, le phénomène transversal. Si la drogue la plus hot du moment a envahi des narines chez nous et ailleurs, c’est d’abord parce que l’acheteur a hypertrophié ses réflexes de consommation. La coke a été incluse dans le pack. De plus en plus de personnes y ont touché, d’abord les (très) riches, ensuite les autres.

La coke colonise les narines pour des raisons plus universelles : le goût du risque, la soif de puissance, la recherche de sensations fortes. Mais l’extase vire, très vite, au cauchemar et la béquille peut céder. Si la coke permet de planer très haut, la chute n’en est que plus dure...

Par Sidy DIOP

OtoMbalit

25 Jan 2017
1091 times

Un homme d’une loquacité « congénitale » me réveille tous les matins (éviter le rez-de-chaussée) avec ses histoires drôles et extravagantes qu’il aime à partager avec ceux qui, dès les premières lueurs de l’aurore, composent la mélodie routinière de mon quartier. « Samba est bienveillant mais sa femme est une peste comme sa fille Aïda… Il paraît que l’Imam a demandé sa main pour compléter le quatuor. Aïda est une viveuse. Elle a refusé. Elle, la coquette petite plantureuse, s’ennuierait à mort avec ce vieux râteleur de menues monnaies, de chandelles et de colas. Et puis, c’est peut-être bien elle qui sauterait à la prochaine et récurrente reconstitution du quatuor… ». Et eux, la bande de « colporteurs », nous tiendront au courant au prochain renouvellement ! Je n’ai pas jugé nécessaire de me boucher les oreilles car espérant, de manière belliqueuse, que les médisants oubliassent qu’ils étaient sous ma fenêtre de surcroît entrebâillée !

Le « round up » matinal et quotidien n’offre un petit et sournois intermède qu’au premier coup de klaxon de « otombalit* » quand le célibataire sort avec son petit sachet, la grand-mère avec sa bassine décolorée puant à mille lieues, « Monsieur galant » et « Monsieur soumis » au diktat de Madame avec leurs sacs poubelles… A l’aube, à l’heure des cancans, après avoir demandé au Seigneur l’absolution dans la petite mosquée du coin, on potinera allègrement sur la faiblesse supposée du soumis et sur la délicatesse du galant à l’endroit de leurs dames. Et c’est d’ailleurs mieux que celles-ci, à l’urbanité suspecte, restent bien chez elles pour nous épargner le supplice du défilé des nuisettes, serviettes et autres bribes de petits pagnes. C’est toute une représentation comique qui est donnée autour du véhicule de ramassage d’ordures. Les boîtes à ordures de la société émergente sont épiées par les « chroniqueurs » pour savoir si, la veille, elle a fait bonne chère. La domestique, leur amie, comme toutes les servantes de leur rayon d’investigation, leur fournira si nécessaire, les détails sur les bienheureux convives honorés de cette ripaille. Les techniciens de surface, grands maîtres recycleurs, eux aussi, flairent les « poubelles d’or ». Elles ne sont pas remplies que d’arêtes et d’écailles de sardines. Il y a des canettes, quelques bonnes camelotes, quelquefois des loques à recoudre, que les techniciens des « profondeurs » se disputent. Et puis, il y a les ordures « fertilisantes » si répugnantes que les éboueurs s’empressent de mettre dans la gueule béante et puante de « Otombalit ». Les langues de vipère (le verbe est ici une thérapie d’une cohorte envieuse) se demandent souvent comment Adja Astou, cette femme altière dont la maison est remplie de jeunes filles (passez-moi ce sexisme), peut sortir de chez elle avec autant d’immondices, d’impuretés mal contenues par une bassine que même « Otombalit », ce grand stoïque qui admet nos souillures et masque nos laideurs, rechignerait à gober. De manière indifférente, « Otombalit » s’engraisse des restes de méchoui que de mangeaille.

Les poubelles dessinent des univers contrastés. Celles du nanti et de l’indigent ne sont, certes, pas remplies des mêmes saletés mais elles peuvent être recouvertes de la même dignité. Elles déterminent l’estime que l’on a de soi-même, notre rapport à l’autre et le respect que l’on voudrait s’attirer. La personnalité est une pratique quotidienne. Il y a un renversement de sens, de valeurs dans ce que nous concevons comme futilités et actions précieuses. Dès lors, balayer devant sa maison et dissimuler avec fierté et pudeur (c’est selon) les « choses » dont sont remplies les poubelles sont devenus, pour certains, des insignifiances d’un autre temps.

*Véhicule de ramassage d’ordures

Par Alassane Aliou MBAYE

Last modified on mercredi, 25 janvier 2017 12:47

Attachement post mortem

23 Jan 2017
1171 times

Nous adorons les morts. Nous ne trouvons des qualités qu’à ceux qui nous quittent. Les louanges, les hommages posthumes, les funérailles qui s’éternisent, la générosité publique, nous connaissons bien. Nous rechignons à aider un pauvre malade à se payer une modique ordonnance pour se soigner, mais nous sommes prompts à endosser publiquement les frais des funérailles ou à rembourser ses dettes (et encore !).

Feu Doudou Ndiaye Coumba Rose connaissait bien ce trait de caractère de ses compatriotes. Il ne voulait pas d’hommage posthume. Il l’avait dit, presque crié sur tous les toits, mais rien n’y fait. Personne ne peut empêcher les Sénégalais de témoignages, de déclarations. On est à deux doigts de la vénération. Qui s’était occupé de son vivant ? Nos icones partent dans un absolu anonymat. Leurs derniers jours se passent dans l’inconfort et le dénuement. Ils tombent malades et se retrouvent abandonnés par tous ceux qui les ont chéris. Pas de soins de qualité, pas d’affection et pas de reconnaissance. Ndiaga Mbaye, Thierno Ndiaye Doss, Laba Sosseh et beaucoup d’autres grandes figures de la culture sénégalaise ont connu cette situation pour le moins injuste. Leurs funérailles sont pourtant grandioses. Nous aimons les morts et les adieux colorés. Peut-être parce qu’ils ne raconteront plus nos traitrises et nos indignités. Doudou Ndiaye Rose avait raison. Mieux vaut mourir debout que de vivre à genoux.

Par Sidy DIOP

Sincérité douteuse ?

20 Jan 2017
1230 times

Un forum très animé sur un site de rencontres. Le thème : où est passée la galanterie ? Courbettes, baisemains, mots doux, cadeaux, bref, l’attention masculine est traitée d’idiotie par des jeunes qui, décidément, bousculent toutes les convenances. La galanterie, une sincérité douteuse ? Allons ! Le dictionnaire nous renseigne que celle-ci est « l’art de plaire en société par une allure élégante, une politesse raffinée, des procédés obligeants, etc. ». Mais, il faut croire que les temps ont bien changé.

Il faut cependant concéder que face à des femmes libérées, modernes et qui réclament l’égalité à outrance, cette belle urbanité peut faire désordre. « Une survivance de l’esprit supérieur des hommes qui distribuent des gentillesses au sexe dit faible », commente une jeune fille qui ne doit avoir besoin d’un mâle compagnon que pour lui servir des grossièretés.

A une époque où le moindre sourire peut être interprété comme du harcèlement, il vaut mieux faire comme ce jeune homme à qui une demoiselle reprochait de ne pas être du tout galant. La faute du garçon : avoir trouvé une place assise dans un bus alors que nombre de filles étaient obligées de se tenir debout. La réprimande faisait plutôt rigoler le jeune homme : « Ma génération connaît l’égalité, pas la galanterie ». Une réponse bien de son époque.

Par Sidy DIOP

Autobiographie du chien

18 Jan 2017
1408 times

A l’occasion d’une rencontre littéraire qui a regroupé écrivains canadiens et sénégalais, samedi dernier, il m’a été donné d’entendre quelques extraits du dernier roman de Louis Camara, « Au-dessus des dunes ». Je ne pus alors m’empêcher de l’acheter (au grand dam de quelqu’un et à l’honneur de ma galère à venir), tellement que le récit, celui d’un chien se livrant à des épanchements, nous renvoyait à notre propre humanité. Cette autobiographie « canine » interroge notre être pour, en définitive, se présenter comme une psychologie introspective de notre société et par-delà le monde. Voici un extrait de l’effusion de ce « clébard » reconnaissant à son maître et qui nous dépeint.

« […] Je suis un chien sauvage. Je vais avoir sept ans, ce qui, dans la vie d’un être humain, correspond à peu près à l’âge de la maturité. En fait, je n’ai pas toujours vécu à l’état sauvage comme à présent, et l’errance n’a pas non plus toujours été mon mode de vie, bien au contraire. Au cours de mes vies successives, il m’est arrivé de mener une existence confortable, douillette, où je n’ai jamais eu à souffrir des affres de la faim ni des incertitudes du lendemain, comme c’est le cas de la plupart des chiens du monde. Mon quotidien était alors agréablement réglé comme du papier à musique. Aujourd’hui encore, je me souviens de cette époque bénie avec une pointe de nostalgie, et lorsque je suis couché à plat ventre en face des vagues de l’océan, les yeux mi-clos, la langue pendante, le souffle saccadé, dans cette posture qu’affectionne ceux de mon espèce, je me remémore avec tendresse ces visages amis qui m’ont prodigué tant d’amour et m’ont fait connaître ce que l’on appelle, dans le langage humain, le bonheur.

Certes je n’ai pas connu que douceur, chaleur et joie de vivre lorsque j’étais encore parmi les hommes, et ces derniers ne sont pas tous, loin s’en faut, des modèles de bonté ou de compassion. J’ose même affirmer, après ce que j’ai vécu auprès de la plupart d’entre eux, que la méchanceté est la chose la plus partagée par cette même espèce qui se croit pourtant au-dessus de toutes les autres, qui se croit, on ne sait trop pourquoi, élu parmi les élus alors qu’elle est capable des pires atrocités et qu’elle est la plus destructrice. Il n’y a qu’à voir tout ce que les hommes se font entre eux et tout ce qu’ils font subir à la nature et aux animaux, pour se rendre compte qu’il s’agit d’une race malfaisante.

En fouillant dans les tréfonds de ma mémoire, le premier visage qui me revient parmi tous ceux que j’ai aimés, est celui de mon maître, ce parangon de bonté et de générosité…Sa femme et ses enfants étaient à son image, et à eux cinq, ils formaient la plus charmante famille qu’il se fût donné de connaître dans l’île, je dirais même dans toute la ville de Ndar. La maison de mon maître n’avait rien à voir avec ces laides bâtisses tape-à-l’œil, construites par les nouveaux riches et parvenus de Ndar, qui gâchaient le paysage par leur mauvais goût…

La chienne chocolat au lait devint folle de moi. Elle ne put plus se passer de mes étreintes et vint s’ajouter au nombre incalculable des chiennes de mon harem. Je fis d’elle ma favorite car non seulement c’était de loin la plus belle, mais de plus elle était d’une fidélité à toute épreuve, contrairement aux chiennes ordinaires toujours prêtes à se donner au premier cabot venu lorsqu’elles sont en chaleur…

Mon maître avait une sainte horreur des donneurs de leçons et des objecteurs de conscience, si nombreux dans la société où il vivait. Instinctivement, je partageais la répulsion de mon maître à l’endroit de ces gens se croyant investis d’une mission divine, et qui ne sont en réalité que de parfaits hypocrites. Je me souviens comme si c’était hier du jour où mon maître avait éconduit, poliment mais fermement l’un de ces pharisiens, véritable rat de mosquée. L’homme, qui ne manquait pas d’air avait même tenté de le convaincre de se joindre aux fidèles qui fréquentaient assidûment la mosquée du quartier, afin de bénéficier des bienfaits que procure la prière en commun. (Car, pour lui) il est du devoir d’un bon musulman de maintenir sur le droit chemin ceux qui s’en éloignent et que Satan cherche à égarer… ». Monsieur le chien nous fredonne, ici, une rengaine bien connue…

Par Alassane Aliou Fèré MBAYE

Rigueur perdue

16 Jan 2017
1343 times

Imaginons un jeune élève d'aujourd'hui en adulte. On lui a tellement ressassé son appartenance musulmane, confrérique et ethnique qu'il y a non seulement cru, mais s'est évertué à la défendre aux yeux de tous ceux qui ne partagent pas ces valeurs avec lui. Il réagit exactement comme ses profs, eux aussi formatés comme lui. Et n'allez surtout pas lui dire qu'il a été aliéné par leur vision du monde. Son père l'a toujours encouragé à être respectueux de ses aînés et à éviter de mettre en doute leur parole. L'école lui a également appris que ses libertés personnelles sont si superflues qu'elles ne peuvent être que clandestines. Chômeur par intermittence, il essaie de s'en sortir. Faire du deal de hasch par-ci, de la vente de CD piratés par là…

Ça s'appelle le système D. Son initiation à ce monde parallèle qui l'aide à braver l'inégalité des chances et à gagner une petite place au soleil, il l'a reçue sur les bancs du collège. Tricheur impénitent, son voisin de table est aujourd'hui un grand fortuné. Il ne l'envie pas. Chacun son sort, se dit-il. Est-il fataliste, résigné ou tout juste fatigué ? Il n'y pense même pas. Il vaut mieux ne pas trop réfléchir, lui dit toujours cet ami qui fonctionne avec le même logiciel. Tous deux ont perdu le sens de la rigueur très tôt, à l'école. Et ils ne le savent même pas.

Par Sidy DIOP

Dépression post partum

13 Jan 2017
1179 times

Etre descendante de Hawa (Eve) vous prédispose à la dépression. C'est en tout cas ce que disent les chiffres : les femmes sont sujettes aux troubles dépressifs deux fois plus que les hommes. Ceci, même pendant leur grossesse, quand elles devraient être aux anges. 12 à 13 % des femmes enceintes souffriraient de dépression pendant leur grossesse. Après l'accouchement, cela ne s'arrange pas. Dans 20 % des cas, les mamans souffrent de dépression post-partum six mois à un an après leur accouchement. Derrière ce mot barbare, une maladie profonde à ne pas confondre avec le baby blues qui survient après l'accouchement et disparaît assez vite. Même les indices de développement humain dépriment les femmes. Selon la Banque mondiale, la dépression est la maladie la plus fréquente chez les femmes dans le monde. La situation est aggravée dans les pays pauvres par les conditions socio-économiques et le statut des femmes. Le profil à risque selon la Banque Mondiale : femme mariée, au foyer, analphabète, de bas niveau socio-économique. Ou le portrait-robot de la majorité des Sénégalaises.

Par Sidy DIOP

L’art de l’ostentation

11 Jan 2017
1201 times

Jet setteur ! C’est une nouvelle activité à la page. Paraître là où ça se passe, vivre sans jamais lever le pied, sentir la réussite et l’incarner. Ils sont nombreux à remplir les pages « people » des journaux, le visage bien lustré, confortablement installés dans un coin branché de Dakar entre des nymphes tout droit sorties des contes des « Mille et une nuits ».

Ils sont des livres ouverts à la curiosité du public. Ils n’ont aucun secret pour les autres. Vous voulez connaître les ressorts de leur vie familiale, leur travail, leurs amitiés et même leur intimité ? Il suffit juste de demander ! Ils ne rechignent guère à répondre aux questions les plus indélicates. Comme cette artiste qui affirme que sa généreuse poitrine est un atout pour sa carrière musicale. On les retrouve dans les recoins du « Dakar by night », distribuant des liasses de billets avec ostentation aux laudateurs.

Certains parmi eux poussent le désir de paraître jusqu’à payer pour que leur tronche apparaisse dans les journaux « people ». Un joli costume, une belle bagnole, une montre de classe ou une compagne distinguée, ce sont des trophées à exposer au regard envieux de la masse, quitte à transgresser les codes moraux. C’est le carburant qui chauffe leur moteur. Le hic, c’est que quand on expose sa « réussite », on cache difficilement ses soucis.

Plus haut est le succès, plus brutale est la chute.

Par Sidy DIOP

La première dame du Sénégal, Mariéme Sall, s’offusquait, il y a quelques temps, de l’attitude de certains individus qui se prévalent d’une proximité avec le couple présidentiel pour en tirer certains dividendes de sympathie ou d’autres encore plus vils. Cela n’est qu’une manifestation, à un certain niveau, d’une banalité quotidienne dans la société sénégalaise, sphère de fourberies, de pompes. On se vante de ses « amitiés précieuses » - très souvent inexistantes - comme de vulgaires petites conquêtes d’un autre temps. On mange avec le président, papote avec son cercle, traîne avec ses mômes…

Les nouvelles possibilités technologiques, « fards sociaux », bonnes aubaines pour ceux qui développent un égotisme encombrant, donnent plus de marge aux illusionnistes. Une petite photo et une main chaleureuse de l’être « supérieur » suffisent à dérouler un scénario des plus imaginatifs. J’ai récemment rencontré une personne d’une vile réputation dans le temps en train de quémander une pose avec une personnalité dans un milieu où les « gueux » côtoient les privilégiés. Le soir, je me suis amusé à consulter sa page facebook. Il nous racontait, en effet, une autre histoire comme celle qu’il avait servie à de crédules dames quand sa pathologie avait commencé à sévir. Le récit du bonimenteur et de ces ingénues créatures est aussi long qu’invraisemblable…

Le drame du beau menteur, du hâbleur est de vivre dans une vaine et éternelle conquête de sa propre estime ; tirer de sa mystification maladive une grandeur aux yeux des autres ou plutôt l’illusion de sa noblesse d’âme et d’esprit.

Et pourtant, on dit de lui qu’il est un homme bon et parfois même munificent dans les jours de bonne grâce mais « dafa mana fen » (c’est un menteur). Il se la raconte un peu trop pour s’auréoler un peu de prestige. Le bonhomme fabrique sa propre misère existentielle en refusant de se rendre à l’évidence ; les « benêts », à force de l’entendre mentir, éprouvent désormais une méprisante pitié à son égard. Ses impostures ne convainquent plus ceux dont ils convoitent la sympathie, ses interlocuteurs éberlués par son affligeante pathologie : ce besoin irrépressible de se fabriquer des vies, de tirer gloire de ses inventions « romanesques ». Scientifiques, devrions-nous dire. Car, la contre-vérité est un méprisable art, un comblement chez ceux qui nourrissent des complexes d’infériorité. Elle témoigne de l’étroitesse de la ligne entre la ruse et l’intelligence.

L’on peut également se désopiler de cette faculté du bonimenteur de nous raconter ses « fantastiques » aventures et rencontres. Néanmoins, lui, c’est à peine s’il se rend compte des mimiques de commisération des âmes matures et des grimaces goguenardes des mômes au moment de ses envolées. Les histoires de « Tonton », ils n’y croient plus. Tonton se sent si indigne de ce que le Ciel lui a réservé qu’il n’espère le respect que dans l’incarnation d’autres personnages ; celui qui connaît l’autre que tout le monde veut fréquenter, aime ou craint.

Il mange avec le président de la République et le voit quand il veut (Dommage pour ceux qui ne saisissent pas l’ironie) ! Et sa majesté lui confie les secrets et les grands dossiers ! Mais, lui, puisqu’il mène une existence d’ascète, il préfère encore enfiler ses vêtements tombés en loques, « squatter » la remise de sa belle-famille, se suffire d’un « café Touba » pour tromper sa faim si le Seigneur ne met sur sa trajectoire d’errance une petite fête de réjouissance pour se gaver… C’est un homme du peuple, il aime mieux le « Car rapide » que les rutilantes bagnoles de la République ! Ce n’est pas un problème pour lui. De toute façon, le soir, les masseurs de la cour retaperont sa carcasse ambulante ! Mieux, son excellence le chef de l’Etat, lui-même, lui débarbouillera affectueusement la tronche et écoutera religieusement ses conseils ! C’est un stratège politique en période électorale. En 2019, « Sall Ngary les écrase tous au premier tour » ! Il est aussi un tacticien militaire. Il sait où crèche en ce moment Yaya, le Gambien aux amusantes et périlleuses loufoqueries !

Par Alassane Aliou Fèré MBAYE

Poches trouées

06 Jan 2017
1277 times

C’est une terrible maladie aussi vieille que l’humanité. Des fournées de guérisseurs de tout acabit s’y sont penchées depuis des lustres, mais aucun remède n’est encore sorti de leurs officines. Les symptômes sont bien connus et le responsable du mal identifié depuis des temps immémoriaux, pas besoin de diagnostic compliqué. Paradoxalement, le virus qui cause cette souffrance est un bon compagnon. Ce n’est que lorsqu’il s’éloigne de vous que la douleur vous prend et vous rend la vie impossible.

Lorsque la maladie vous frappe, vous ne mangez plus à votre faim, vous n’avez plus d’amis, plus de flatteurs, plus de « bureaux clandestins ». Vous n’avez même plus accès aux denrées de première nécessité. Le bonheur vous fuit parce que ce mal ne supporte pas le moindre confort. Chaque fois que vous verrez un homme au bord du précipice, abandonné par les siens et mis au banc de la société, un homme aux poches trouées qui ne survit qu’en s’accrochant aux promesses des diseurs de bonne aventure, c’est qu’il est durement frappé par la maladie de la dèche. Les chances de rémission sont infimes, mais tant qu’il y a la vie, espoir de remède il y a. L’argent fera absolument son bonheur. Encore faut-il le trouver.

Par Sidy DIOP

La religion des bannis

04 Jan 2017
1218 times

« Mbayang Diop se porte bien, elle apprend le Coran en prison ». La révélation est du très sérieux directeur des Sénégalais de l’extérieur, Sory Kaba. Voilà une trouvaille à laquelle personne n’a prêté la moindre attention et qui pourtant mérite de figurer en bonne place dans la courte liste des inventions bien de chez nous. Au Sénégal, pour convertir un infidèle à la religion de Dieu, point besoin du sabre et des bombes des djihadistes. Non, si vous voulez mettre une once de piété dans l’âme pécheresse d’un incroyant, il suffit de le mettre en prison. Et le tour est joué.

Il suffit de lire les journaux pour s’en convaincre. A la question de savoir à quoi les détenus passent leurs journées en prison, la réponse est invariable : « Je lis » ou « J’apprends le Coran ». Nombre de directeurs de sociétés nationales, grands pilleurs des ressources nationales devant l’Eternel se sont retrouvés au gnouf, le livre sacré en poche. Et nos hommes politiques alors ? Chaque fois qu’on en met un à Reubeuss, il se fait un point d’honneur de plastronner à la « une » des journaux, le nez dans le Coran.

Pourquoi attendre donc d’aller à « Ndoungoussine » pour afficher sa piété. Le Coran est, en principe, le compagnon de tous les jours du musulman. Du bon musulman. Mais c’est une loi inscrite dans la nature des « toubènes » que nous sommes. On ne pense à Dieu que dans les moments d’épreuve. Quand tout carbure au super, les prières sont exécutées le temps d’une Fatiha et le Coran fièrement exposé dans un coin de chambre.

Par Sidy DIOP

Chanter, danser

23 Déc 2016
1289 times

Dans son opus « Africa Rek », Youssou Ndour célèbre la rumba congolaise dans « Ban La audio » avec le très remuant Fally Ipupa. Le roi du mbalakh reconverti à la religion de la musique urbaine y invite à « Chanter, danser… » dans un groove très entrainant. Chanter. Danser. Il faut croire que c’est ce qui se fait le mieux chez nous. C’est fou cette multiplication d’adeptes de la voltige dans notre pays. On les rencontre à tous les coins de rue, habillés de couleurs flashys et hyper moulants, légers comme des plumes d’oiseaux et si prompts à grelotter si fortement au moindre son qu’on les croirait aux prises avec ces « rab » combattus par des prêtresses du ndeup.

Les précurseurs comme Alla Seck et leurs héritiers comme « Wapyrat » de Dieuppeul savaient danser avec classe et retenue. Leurs épigones des temps modernes rivalisent d’audace dans un maelstrom de figures géométriques où la salacité la dispute à l’obscénité. « Yuri Buenaventura, chanteur colombien de salsa, a donné une belle définition de cet art si respecté par ailleurs : « Danser, c’est comme parler en silence. C’est dire plein de choses sans dire un mot ». Tout le contraire des contorsions de nos danseurs si bruyants mais si peu audibles.

Par Sidy DIOP

Les envahisseurs

21 Déc 2016
1461 times

C’est une affaire qu’on voudrait banaliser, mais qui ne l’est point. Cette danseuse, championne du popotin en vrille, qui assume son obscénité et se répand en déclarations crétinisantes sur les plateaux de radios et de télés, est un des visages des plaies qui gangrènent notre société. Elle assume, avec un humour pince-sans-rire, que faire entrevoir son slip ne la gêne absolument pas. Que son nombril doit absolument se découvrir et se faire apprécier. Alors, elle ne se fait guère prier pour s’effeuiller comme un arbre en automne.

Danseuse talentueuse qui, sans doute, fait rêver quelques lipophiles en quête de sensations fortes, elle sait que la danse ne mène pas à la gloire. Et qu’il lui faut faire le buzz pour exister. Célèbre, elle l’est devenue depuis la publication de ses photos en tenue de chair par les réseaux sociaux. Elle a beau avoir porté plainte contre X pour repeindre son honneur terni, elle ne pourra jamais nous convaincre de son innocence. Les vraies innocentes sont dans nos maisons, nos filles, nos sœurs, nos femmes, piétinées dans leur dignité de femmes par ces écervelées en quête de célébrité. Non, cette « société du bégué » que nous vendent certaines chaines de télévision n’est pas représentative de ce Sénégal pieux, travailleur et plein de retenue qui fait notre fierté. Ses membres sont des envahisseurs.

Par Sidy DIOP

« La tête, le tronc et les quatre membres ». Je me suis retrouvé récemment avec un camarade de promotion que j’avais perdu de vue. Nous nous sommes bien marrés de cette vieille ritournelle juvénile de l’école élémentaire et du barbant enseignant qui la mâchait davantage qu’il ne la fredonnait. Cet « ami », bâti à chaux et à sable, n’était point une lumière. C’était plutôt le cancre assis au fond de la classe, l’hercule bourreau des fils de rupins qui lui fournissaient ses billes d’agate pour ses petites marottes de récréation. L’expression, « bête comme une bille », a fini par lui coller à la peau. Il se rendait bébête par ses niaiseries et par l’illusion d’une corpulence smart. En sourdine, nous l’affublions du sobriquet, « la tête, le tronc et les quatre membres » ; sa seule leçon sue après une élastique « carrière » au primaire.

Mais, en conversant un peu avec lui, l’autre jour, je me suis rendu compte qu’il s’était bonifié avec le temps (inutile de me dire que je suis prétentieux, je le sais). Son sens de la répartie, quand j’ai succombé à la tentation de lui rappeler son vieux surnom, m’a séduit. Il me rétorque ceci : « la tête, le tronc et les quatre membres, c’est bien ! Mais, fallait-il qu’on nous dît ce qu’il convient d’exhiber et de bien "planquer " ». L’histoire de la « plantureuse », de « l’infâme » ou de la « séduisante » bonne dame (c’est selon), danseuse montreuse de choses inspirant la volupté (et certainement de la répugnance pour nos dévots et autres auto-proclamés censeurs publics !) est passée par là.

Nous Sénégalais, êtres ambivalents, nous en sommes émus et offusqués. Nous avons regardé et apprécié, aimé et détesté la victime ou l’esprit malfaisant. Certains ont rendu grâce au Ciel de ne pas les avoir accablés d’une si grande opprobre. Car il se passe bien des choses dans l’intimité des chambres ! D’autres en ont probablement fait le remontant des soirs de solitude. Et moi, sage garçon, je n’ai pas pu regarder les images pour déterminer leur degré d’excitabilité ! En sus, je suis un très bon musulman !

Pour les martiens parmi nous, des photos et une vidéo lascives de celle qui, « paraît-il, n’en est pas à la première récidive, se sont invitées dans les chaumières, dans l’espace public friand de potins (en même temps, on ne peut pas priver les sens de leur errance) à cause -ou par la magie- d’internet, des réseaux sociaux. Ceux-ci nous montrent bien des univers et imposent à ceux qui sont, étourdiment, dans leur mouvance, de nouvelles lignes démarcatives entre les espaces public et privé. Le débat sur les réseaux sociaux est intempestif, malvenu. Ils continueront d’exister, de nourrir bien des fantasmes et d’exalter nos « moi » et nos sottises.

La réflexion devrait être portée sur la Société sénégalaise si souvent idéalisée. Nous ne sommes plus ce que nous prétendons être. Jusqu’à la preuve du contraire, à moins que l’interprète de « Thiopati » ne se soit pas encore départie d’un narcissisme primaire parfois tenace chez certains attardés sensuels, c’est une amitié bien souriante en qui elle avait une confiance naïve qui a partagé cette délectation intimiste (au sens de l’artiste peintre) avec les âmes écœurées ou jouissives de Sunugal. Et peut-être avec des libertins du monde qui s’étonnent de l’indignation des « rétrogrades » tropicaux (J’ai bien mis des guillemets hein !).

La crédulité est une déficience
Nous aimons à nous gargariser de nos petites bienséances en oubliant que les valeurs partagées ne sont pas des réalités figées. D’autant que le monopole de l’éducation parentale a été brisé depuis longtemps par des interférences quelquefois discrètes mais « destructurantes ». La pornographie cinématographique (cette histoire en est une sans toutefois un metteur en scène… érotique !) était, hier, la chose des adultes en quête de sensations fortes en attendant de « se faire doucher par l’orage ». Si elle n’est l’orage bien sûr. Aujourd’hui, le marmot, d’une salacité précoce, peut en jouir autant que ses sens le voudront. Il convient, dès lors, de reconstruire le paradigme en s’accommodant aux réalités nouvelles et en se référant, non pas à un traditionalisme qui n’inspirerait à cette jeune âme qu’un sentiment d’immobilisme, mais à son humanité. Car, à y regarder de plus près, cette affaire de membres inférieurs et d’entrecuisse interpelle notre civilisation, notre humanité. On se plait à détruire l’autre dans une pathétique jubilation. La danseuse devra apprendre de cette infortune (jusqu’à ce que les parties intimes ne soient plus si intimes sous nos cieux) que, de nos jours, la crédulité, surtout pour elle qui aspire à la réputation artistique, est une déficience. Amélie disait à sa fille Elisabeth (Les semailles et les semences, Henry Troyat) qu’« il y a certaines privautés qu’une femme ne tolère que si elle est prête à céder sur le reste ». Céder, c’est le mot. Céder aux envies du corps et du partenaire est un luxe qu’on ne doit pas toujours se permettre chère sœur.

Par Alassane Aliou Fèré MBAYE

Cracks du foot

25 Nov 2016
1344 times

Il fut un temps pas très loin derrière nous où nos parents veillaient sur nous avec un zèle de nouveau converti. Les jeux étaient interdits et les études passaient avant tout. Il n’était pas question pour eux que leur enfant passât son temps à taper sur un ballon, à courir sans raison, à lire des bandes dessinées ou à pousser la chansonnette. Les saltimbanques n’étaient pas désirés dans nos familles, les sportifs encore moins. Non ! Il fallait être un crack, réussir dans les études, devenir ministre, député, gouverneur ou même président de la République. Le rêve de tout parent. Et pour aider la progéniture à bien assimiler ses leçons, l’on n’hésitait pas à leur faire ingurgiter des litres de « kiiss », cette eau miraculeuse tout droit sortie des amulettes maraboutiques et destinée à fixer le savoir dans les cerveaux distraits de la marmaille. Foin de tout cela aujourd’hui. Nombre de parents rêve de donner naissance à un El Hadj Diouf. Il n’a pas été un crack sur les bancs de l’école, mais a gagné beaucoup plus que ces génies au Qi surdimensionné. L’école est toujours en vogue, mais au rythme où évolue la vie, celles de foot seront bien plus fréquentées par nos mômes.

Par Sidy DIOP

Last modified on vendredi, 25 novembre 2016 15:32

Inhumanité

23 Nov 2016
1215 times

Vendredi dernier j'ai vu sur Facebook l'horreur à l'état pur : les photos d'un jeune garçon nigérian de 7 ans lynché puis brûlé vif par la foule pour avoir tenté de voler dans une boutique un peu de farine de manioc . J'étais saisi d'une rage impuissante et en même temps se bousculaient dans ma tête des questions qui peut-être ne trouveront pas de réponses. Comment peut-on laisser dans un pays commettre un crime aussi révoltant et odieux? Ceux qui l'ont perpétré avaient-ils une once d'âme ? Qui est le monstre qui a pris les photos de l'enfant martyrisé pour les mettre en ligne? Ce pauvre garçon sans doute tenaillé par la faim a voulu commettre ce menu larcin pour survivre dans un Nigeria frappé de plein fouet par la baisse des prix du pétrole et le désordre économique et social consécutif aux actions de Boko Haram. Une simple admonestation ou de petites claques auraient suffi pour lui faire comprendre que ce qu'il voulait faire est interdit. Mais au lieu de cela, la foule s'est acharnée sur lui avec une violence inouïe. En me remémorant le sacrifice du jeune Ikemefuma dans "Le monde s'effondre" le roman éponyme de Chinua Achebe, j'ai cru trouver une explication partielle à un acte qui avait peut-être de profondes racines sociologiques. On dit que la foule est bête car au moment où elle brûlait le corps du petit garçon à cause de quelques grammes de farine de manioc sait-elle combien de dizaines de milliards de dollars ont été volés au Nigeria par des politiciens, des officiers et des hommes d'affaires véreux ? De l'argent qui aurait pu assurer le ravitaillement du pays en farine de manioc pendant des décennies ou faire construire écoles, hôpitaux et routes à foison.

Enfin je ne peux m'empêcher de me poser une dernière question : quel est l'avenir d'une société où pour une pincée de farine on brûle vif un petit garçon dans la rue ?

Il faut également ajouter que la série de meurtres commis à Dakar et à l'intérieur du pays ces derniers jours peut être rangée dans un rayon voisin de ce qui est dénoncé plus haut.

Par Ibrahima MBODJ

Papy reconversion

21 Nov 2016
970 times

« Poussière et glace ne s’accordent guère. La glace ne s’émiette ni ne s’effrite, elle fond, elle s’évanouit alors que la poussière ne disparaît jamais. Remuante, turbulente, insolente, elle ne cesse de virevolter, de papillonner, de saupoudrer la face du monde du fin réseau de ses cendres instables ». Un de mes cousins, très jeune, curieux personnage, se passionne pour le roman de Jacques Lacarrière, « La poussière du monde », d’où est extrait ce passage. Mon cousin réinterprète le monde à sa guise à partir de mots qui ne sont pas les siens encore moins de son univers culturel, sociologique. Son aversion pour certains individus d’âge mûr -d’âge nuisible pour le reprendre- obstacles à la vie, gouverne son intellect. Cette poussière, inopportunément turbulente et remuante, qui ne se dépose que là où elle confisque des places et pollue l’atmosphère. J’ai alors compris pourquoi mon taciturne cousin s’est tant entiché de ce livre. L’auteur, sans aborder la question des « encombrants papys » sénégalais, lui permettait, en effet, d’exprimer sa répugnance par métaphore…A travers justement cette poussière asphyxiante.

On peut reprocher à mon cousin l’insolence de son ton mais il faut admettre qu’il n’a pas tort sur toute la ligne. Sous nos cieux, dans nos quartiers où se diffusent des valeurs de solidarité de classe, ceux qu’on appelle les « notables » (pas tous heureusement) sont en perpétuelle quête d’exutoire ; une parcelle d’exubérance acquise par cette seule légitimité d’être nés des lustres avant ceux qu’ils écrasent de leurs avanies. Et tous les moyens sont bons. Après des années de ripaille -et peut-être de luxure- (une fille dont je suis tombé éperdument amoureux m’a dit, hier, que de toute façon, à Sunugal, on n’a jamais rien fait), on se passionne subitement pour le pompeux froufrou. On s’achète un chapelet singulièrement long (c’est plus tape-à-l’œil). On copine avec le pauvre muezzin autrefois repoussé avec dédain en attendant de s’acoquiner avec l’Imam s’il est aussi affligeant que son « crieur » (par ailleurs collecteur des « oblations » d’une mosquée en éternelle réfection). Le muezzin est certainement, lui aussi, passé de « chauffeur » de bal musette à dévot sur le tard.

Après avoir conquis le gang au faste étourdissant dans une autre époque, on convoite le titre de « Aladji » pour rassurer la riche veuve du pauvre « Monsieur tranquille » arraché à la tortuosité de la cohorte des vieux « zieuteurs ». L’Imam à la rhétorique exquise viendra ensuite exalter, chez la bonne dame, les valeurs de son nouvel ami repenti avec les acquiescements de son volubile perroquet, insignifiant « ami » de tous. Quelques versets du Saint Coran, des Hadiths et le rappel de nos extraordinaires valeurs traditionnelles assaisonneront le discours du chef de la délégation (ou plutôt son ronronnement. Qu’est-ce qu’ils ont à tous parler comme des marmottes tirées de leur hibernation).

Et si la veuve de « Monsieur tranquille » a le don de clairvoyance, on s’attaque à sa déférente fille. « Xale yi daño wara sëy » (les jeunes doivent se marier) ! De manière sordide, la bande tortueuse indique à leur progéniture les « pistes » à privilégier : Couplé gagnant, couplé perdant, pour ainsi leur emprunter leur jargon ! Et puisqu’ils sont en même temps les censeurs du quartier, la police des mœurs, les gérants de la boutique du coin (entendez la mosquée), les époux des dames acariâtres que personne n’ose affronter (eux-mêmes ne s’y aventureraient pas, elles sont témoins de leurs « amusements »), gare aux petits gueux sans avenir qui feraient les yeux doux à la jouvencelle du défunt « Monsieur tranquille » (qui ne les blairait point). C’est la chasse gardée de leurs oisifs descendants, proie de toute une pernicieuse famille. « Remuante poussière ». Chapeau très jeune cousin, j’ai pigé !

Par Alassane Aliou MBAYE

Last modified on lundi, 21 novembre 2016 09:55

A l’origine, le numérique voulait bien jouer le rôle d’un medium d’émancipation, d’un outil de liberté, ou du moins nécessaire à l’épanouissement, au rapprochement et à la connaissance des hommes. Il était censé mettre le monde entier en relation. Mais, au lieu de promouvoir une communauté de prochains, il s’est mué en instrument de contrôle et de surveillance. Il prétend abolir les frontières, mais celles-ci ont certes disparu sans pour autant donner naissance à une communauté. D’ailleurs, de plus en plus, l’étranger n’est pas le bienvenu. Avec le numérique, nous vivons dans l’illusion de pouvoir nous réaliser. Nous créons nous-mêmes cette fiction, c’est une sorte d’auto-exploitation, d’autant plus efficace que nous nous y soumettons de manière volontaire. S’il y a faute, elle nous revient. Dès lors, on ne peut pas s’en prendre à autrui. On livre tout de soi-même sans que personne n’ait besoin de nous en formuler la demande. On se dévoile, on se dénude de façon volontaire, on raconte sa vie, ses moindres mouvements, ses sentiments, ses coups de colères à travers les réseaux sociaux en pensant que cela contribue à augmenter notre propre valeur. Les photos privées envahissent ces mêmes réseaux sociaux. Le sens de l’intime est profondément perverti. Notre présent refuse toute forme de négativité.

On est tenté de bloquer « l’ami » qui ne « like » pas notre pensée ou photo ! C’est connu, chaque ordre social fait naitre un nouveau type d’homme, le numérique n’y échappe décidément pas : un égocentrisme excessif a vu le jour. Dorénavant, seul compte l’ego. Le réseau ne crée, en réalité, aucune proximité, contrairement à ce que l’on veut nous faire croire. Le rapport à l’autre devient un investissement que l’on gère au même titre qu’un placement financier, avec le souci de ne pas faire de perte. Conséquence : la solidarité disparait, la proximité et même l’amour. La possibilité d’une rencontre est mise à mal. Alors que la rencontre constitue même l’événement de l’amour. On ne veut plus tomber amoureux de peur d’être blessé, alors que la blessure même appartient en profondeur à ce sentiment humain. Pour rester dans la positivité, on « like » derrière son écran, sans se rendre compte que le négatif participe à l’expérience même. L’homme numérique a aboli l’autre. Or, à travers l’autre, face à l’autre, nous pouvons sentir notre humanité commune.

Par Oumar BA

« Ceux qui sont morts ne sont jamais partis…ils sont dans le bois qui gémit ». Gémissements de plaisir ou de chagrin ? Eclaire notre lanterne Birago Diop, nous, desséchées âmes indifférentes aux images des mots, à la poésie de l’horreur et de la béatitude. « Le souffle des ancêtres » s’éteint dans le brasier de l’insensibilité même si les larmes ruissellent aujourd’hui plus qu’hier. Nous les essuyons avec notre vanité mondaine, avec nos petites marottes.

Moi qui étais si prompt à chicaner sur les « gestes » de compassion des Sénégalais (jaxal), je me suis retrouvé, au décès de ma mère, les poches remplies de billets de banque comme jamais. Cela m’a été d’un certain secours. Je me suis servi de cette petite fortune pour nourrir et loger ceux-là mêmes qui m’en avaient gratifié ! Il m’a fallu ensuite acheter quelques matelas pour les « compatissants de luxe » comme on l’aurait fait avec la future belle-famille à l’occasion des épousailles (avant les chamailles). Ces hommes et femmes de la société « émergente » n’aiment pas trop le « thièbouyapp » et ne boivent pas l’eau en sachet (en même temps ils ont raison, cette eau-là !).

Le soir, quand les « chants lyriques » se sont noyés dans les souvenirs ressassés (toujours les bons, prescription divine, paraît-il) et que la bombance a pris fin, j’ai pris le temps de penser à ma « pauvre » mère. De sa nouvelle demeure, elle est certainement fière de voir son garçon servir ses vieilles amitiés avec déférence ; lui que leur affectée tendresse répugnait. C’est à peine si je n’ai pas exulté pour dire à ma mère « yaye sa fête bi neexna ! » (Maman ta fête a été belle !). L’envie de la lui raconter me brûla ». Elle m’a peut-être bien entendu : « Ton bélier t’a rejointe au ciel. Pour le dîner, on a sacrifié la brebis. La viande du taureau n’a pas suffi. Tous tes amis étaient là. Et il fallait bien qu’ils mangeassent. J’ai demandé à ton grand frère de me prêter un peu d’argent pour les billets de retour des « villageois » comme tu aimais à le faire lors des fêtes de réjouissance. Mon oncle, bienfaiteur des chairs rondes de la capitale, a accédé à ma requête après que je lui ai donné en gage tes colliers en or en attendant le partage de l’héritage. Les quatre imams du quartier ont proposé leurs services. Le plus jeune s’est désisté après avoir soulevé une petite controverse. Tu as toujours respecté, maman, ces trois vieux, mais, moi, je les trouve tordus. Je n’ai pas encore eu le temps de te pleurer comme toutes ces personnes qui ne t’ont jamais rendu visite quand, malgré ta souffrance à l’hôpital, tu continuais à m’entourer de ta prévenance sous le regard amusé et ému de l’infirmière…Je te raconterai le reste quand j’aurai arrêté de frémir d’indignation…Ah, la vendeuse de cacahuètes, elle a tellement pleuré ! Elle m’a aidé à m’occuper de ta clique de grandes dames et leurs compagnons esbroufeurs».

Birago, pardonne-moi cette offense. Les morts sont définitivement morts ; même ce pauvre taximan qui a subi la furie de ce jeune homme qui, dit-on, était promis à un « bel avenir ». Il conduisait de rutilantes bagnoles et passait à l’écran. Cette contingence dans cette ascension vers ce que nous concevons comme la réussite semble nous émouvoir davantage que l’acte ignoble qu’il a commis et qui anéantit les espoirs d’une mère éplorée et d’une ex-future épouse traumatisée à vie. Les esprits étroits et destructeurs d’un autre temps diront qu’elle porte la poisse pour en rajouter à sa peine. Aura-t-elle droit au « jaxal » psychologique ? Pas si sûr ! Et si les taximen en grève y faisaient un tour ?

A. A. F. MBAYE

Ventilation « progéniturale »

07 Nov 2016
1068 times

Une de mes connaissances d’une touchante générosité, mari d’une femme peu précautionneuse, se tape de moins en moins la cloche. Cet ex-rupin, grand pourvoyeur de petits délices, bienfaiteur du chat et de la souris, des gueux (au propre et au figuré) et des hommes de cour de son apprêtée épouse, rase piteusement les murs. Les commères et leurs « potes de potins » s’en délectent joyeusement avec leurs petits « ndeysaan » de commisération. Ses enfants ont désormais pris un abonnement chez le gargotier !

Le matin au moment d’aller à l’école, le boutiquier du coin si peu discret, donne quelque menue monnaie (en attendant que le géniteur retrouve sa santé financière !) à l’un d’entre sa progéniture qui ne le regardait pas avec dédain. La petite chichiteuse du vieux désargenté devient subitement tendre, moins hautaine. Ses frères fréquentent désormais « les petites saletés » crasseuses jouant pieds nus avec des haillons, les Gtv (grosses têtes vides) du quartier. Le drame est qu’il ne peut pas compter sur sa pompeuse épouse, tournoyant toujours dans les airs de la vanité, comptant naïvement sur sa coterie fortunée et ses repus courtisans qui ne supportaient son aristocratisme incommodant que pour sa libéralité à leur égard.

Il faut bien que les mômes mangent, s’habillent, se soignent et gardent un peu de leur fierté. A Sunugaal, sans argent, c’est un peu compliqué malgré les bourses familiales ! La stratégie la plus ingénieuse, pour d’ex-rupins, est de « ventiler les gosses ». Il doit bien y avoir quelque part dans ce vaste Sénégal un tonton, une tante ou un grand ami de leurs aïeuls qu’ils n’ont jamais cherché à connaître qui pourront se les coltiner durant les vacances…Tant mieux si la rentrée des classes coïncide avec la Tabaski. Les enfants vont revenir avec le nécessaire. Et si le tonton, la tante et ce « lointain » ami sont aussi généreux que le vieux du temps de sa splendeur, ils leur achèteront des fournitures… et du goûter. Et le tour est joué. Le budget des toilettes élégantes de maman ne sera pas grevé ! Papa, le débonnaire, n’oserait pas d’ailleurs ! Il en a fait une reine, amie des gens d’en haut qui ne descendrait de son piédestal pour l’innocence d’aucun petit capricieux de sa descendance.

Au risque de paraître égoïste, la « tactique d’éparpillement » des enfants employée par certains chefs de famille est déshonorante. Elle abat quelquefois la fierté de leur progéniture valsant éperdument, comme Maimouna (Abdoulaye Sadji), dans deux mondes de valeurs disparates. Les codes de convenance, dépouillés de toutes les fourberies, sont des moyens de raffermissement des liens sociaux. Mais, quand, au nom d’une solidarité plus idéalisée que vécue, on écrase l’autre du poids des devoirs non assumés, le glissement de sens est marqué. Les réminiscences constituent un viatique pour les âmes jeunes en quête de repères. Face aux vicissitudes de la vie, elles affirment, à travers ce passé lointain, leur personnalité morale. Le souvenir d’un père qui s’abandonne à la facilité et d’une mère insouciante est un accotoir fragile.

Par Alassane Aliou Fèré MBAYE

L’eau et le feu

29 Juil 2016
1454 times

Un Indien, père de 7 filles, ne s'est pas lavé depuis 35 années, afin de s'assurer la naissance d'un garçon. Dans son village, on raconte plutôt qu'un voyant lui aurait prédit qu'il aurait un enfant de sexe masculin s'il arrêtait de prendre des bains. Kailash « Kalau » Singh remplace le bain et le brossage de dents par un « bain de feu », qui, d'après lui, aide à purifier le corps des germes et des infections. Le problème, c’est qu’à force de fuir l’eau pour le feu, aucune femme ne sera dans les dispositions de se frotter à lui pour lui faire un garçon.
Son compatriote K. Vijayan, 59 ans, est entré dans le livre Guiness des records pour n'avoir pas pris de jours de congé depuis plus de trois ans. Cet employé modèle travaille de nuit dans un hôtel et a remarqué qu'il n'avait pas pris un seul jour de congé depuis 1 100 nuits. Il n'a pas manqué une seule journée de travail et a travaillé tous les jours durant ces 3 ans. Un bourreau du boulot qui confie que le travail est sa religion.
Cet homme c’est du feu ! Mais gare au bain (d’eau), ça risque de rendre paresseux.

Last modified on vendredi, 29 juillet 2016 13:54

L’envers de la politique

27 Juil 2016
1188 times

Sous nos latitudes, quand quelqu’un est nommé ministre, une expression rend bien compte de l’admiration de ses concitoyens : « arrivé na »*. Ce qui signifie qu’il a atteint le but de sa vie : la réussite sociale. Mais c’est surtout dans le monde de la politique que cette expression prend tout son sens. Le but de l’engagement politique, c’est l’exercice du pouvoir et les commodités qui vont avec. Les signes de la réussite, dit-on chez nous, c’est la belle bagnole, la belle villa, la belle femme et le compte en banque bien fourni. Toutes choses qu’un strapontin ministériel facilite grandement.
Il arrive pourtant que de longues années de militance soient aussi stériles qu’une vieille génisse. Alors, au moment du bilan, seul dans l’intimité de sa conscience, il arrive que l’homme politique se laisse aller à de sombres résolutions. Et, comme pour ce maire traîné en justice pour abus de confiance portant sur 21 bœufs non payés, la politique se révèle être le cruel cimetière des ambitions perdues.

* Il a réussi

Last modified on mercredi, 27 juillet 2016 13:08

Un monde d’éclopés

25 Juil 2016
1468 times

Répondant à la volonté affichée par l’ancienne ministre de la justice française, Michèle Alliot-Marie, d'ouvrir le débat sur la castration physique des délinquants sexuels, le Syndicat de la magistrature a ironiquement prôné l'amputation des mains des voleurs, de la langue pour les escrocs et du foie pour les conducteurs surpris en état d'ivresse, ainsi que la lapidation des casseurs.

Qualifiant cette idée d'“hommage au Moyen Age”, le syndicat propose d'élargir la réflexion. Il propose aussi “le supplice dit du 'croc de boucher' pour les auteurs de dénonciations calomnieuses”. “S'agissant des infractions économiques et financières, un simple retrait des boutons de manchette en place publique devrait suffire”, ajoute le Syndicat de la magistrature.

Mais pourquoi donc s’arrêter en si bon chemin ? Que faire des maris infidèles, des voyeurs, des pirates, des diffamateurs, des agresseurs, des corrompus et des corrupteurs, etc. S’il faut couper la main à chaque délinquant, on vivrait dans un monde d’éclopés.

Par Sidy DIOP

Last modified on lundi, 25 juillet 2016 12:16

Le fric, c’est chic

20 Juil 2016
1331 times

Anat, une juive d’Israël, est très attachée à sa maman. Cette dernière tient plus que tout à son vieux matelas. Anat ne comprend pas cet attachement à un objet de « peu de valeur » qui, de surcroît, se remplace aisément dans les magasins de Tel Aviv. Alors, pour faire plaisir à sa chère mère, elle décide de jeter le vieux matelas et de le remplacer par un autre, tout neuf. Une surprise, qu’elle souhaite lui faire. Mais quand la femme âgée découvre le « cadeau » de sa fille, elle tombe dans les pommes. Incompréhension.

Inquiétude d’Anat qui croyait si bien faire. Sa maman finit par lui dévoiler qu’elle cache à l’intérieur de cet horrible matelas près de 715.000 euros, des shekels qu’elle a réunis au fil des ans.

La jeune femme est prise par une quête frénétique depuis. Ce matelas dont elle ne supportait pas la vue est devenu sa raison de vivre. Le problème, c’est que ses recherches dans les tonnes de déchets des décharges de Tel Aviv sont jusqu’ici infructueuses. Ce qui ne décourage guère Anat qui s’est pris de passion pour le métier d’éboueur. Le fric, c’est chic !

Par Sidy DIOP

Last modified on mercredi, 20 juillet 2016 14:08


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.