grandair

Son élection comme membre au comité exécutif de la Caf était attendue comme lettre à la poste, lors de la 40e assemblée générale ordinaire de l’instance continentale qui s’est tenue à Casablanca au Maroc. Me Augustin Senghor, président de la Fédération sénégalaise de football, est en effet passé hier sans aucune difficulté puisqu’il était le seul candidat à un poste occupé par le sortant guinéen Almamy Kabélé Camara, pour le compte de la Zone ouest A. Ainsi, le patron du football sénégalais intègre le comité exécutif de la Caf en plus de siéger déjà dans plusieurs commissions de la Caf. Pour les trois autres postes à pourvoir, le Libyen Jamal Jaafri (Zone nord) et le Burkinabé Sita Sangaré (Zone ouest B) sont aussi passés sans opposition. C’est le 3e candidat (Zone centre) qui a fait l’objet d’une bataille serrée entre les présidents des fédérations de Centrafrique, Patrice Edouard Ngaissona et du Gabon Pierre Alain Mounguengui ; finalement c’est le premier nommé qui l’a remporté par 30 voix contre 23. L’entrée du sénégalais au comité exécutif sonne comme un signe de la capacité de cet homme à l’expertise avérée qui siège déjà dans plusieurs commissions de la Caf. C’est pourquoi d’ailleurs le ministre des Sports n’a pas tardé à lui adresser une lettre de félicitations dans laquelle il a mis l’accent sur « le brillant parcours d’un militant du sport et d’un dirigeant sérieux, engagé et motivé ». Un témoignage de reconnaissance, selon Matar Bâ, « qui traduit le sentiment de toute la communauté sportive qui apprécie à sa juste mesure, la persévérance, l’ardeur au travail et le sens du devoir d’un dirigeant accompli ».

Cheikh Fantamady KEITA

Comme lors de la précédente journée, trois matches sont encore au programme ce week-end. Le stade de Deni Biram Ndao sera la principale attraction. Le leader, Génération Foot, y attend Mbour PC, l’un de ses principaux concurrents dans la course au titre.

Actuel troisième au classement, avec 5 points de retard du leader et adversaire du jour, le club mbourois n’a pas encore renoncé à son ambition de remporter son premier titre en championnat. Et pour réaliser son rêve, il faut d’abord réussir à bien négocier sa sortie de cette après-midi, chez le leader. Un défi difficile à tenir, compte tenu du réalisme de Génération Foot à domicile. Avec notamment, la présence du meilleur buteur, le Gambien Yankuba Jarju (10 buts), terreur des défenses. Celle de l’Us Ouakam est l’une de ses victimes, mercredi dernier lors du match retard (2-0) comptant pour la deuxième journée.

L’attaquant gambien des Académiciens a été l’auteur des deux buts. Le 14 janvier dernier, il avait déjà réussi un quadruplé historique devant le Guédiawaye Fc Pro, laminé (4-2) à domicile. Au bas du tableau, si Diambars et l’Us Ouakam ne se feront pas de cadeaux dans le combats des mal-classés au stade … Massène Sène de Fatick, à Léopold Sédar Senghor, Dakar Sacré Cœur sera dos au mur face à l’As Douanes. Ces trois clubs (Diambars, Uso et Dakar SC) sont sur la corde raide. Gagner ou périr, c’est le mot d’ordre dans ces trois clubs à la peine.

Ansoumana SAMBOU

PROGRAMME
Samedi 3 Février 2018 : A Massène Sène (Fatick), 16h30 :
Diambars (13e, 4 pts) – Us Ouakam (15e, 0 pt).
A Deni Biram Ndao, 16 h :
Génération Foot (1er, 23 pts) – Mbour PC (3e, 18 pts)
Dimanche A L.S.S, 17 h :
Dakar Sacré Cœur (12e, 5 pts) - As Douanes (2e, 20 pts)

Le choc Pikine-Port sera l’attraction de la 11e journée de Ligue 2. Les Pikinois qui n’ont plus gagné depuis deux journées ont une obligation de victoire ce samedi face aux portuaires, invaincus depuis le coup d’envoi de la saison, et qui pourraient reprendre la tête en cas de succès.

La rencontre Pikine (1er, 21pts)-Port (2e, 18pts) de ce samedi, à Alassane Djigo, présente bien des enjeux. Les banlieusards ont un impératif de victoire pour ne pas se faire chiper leur place de leader par le Port, invaincu en 10 journées. Depuis leur défaite (0-3) à Mbour, face à Keur Madior, l’équipe coachée par Djiby Fall peine à se relever. Un succès permettra aux Pikinois de se relever et de maintenir à une distance respectable leurs poursuivants. Mais les portuaires, conscients qu’une victoire les propulserait à la tête du classement, auront à cœur de gagner. La défaite est interdite donc.

Dans les autres rencontres d’aujourd’hui, Renaissance fera face à Jamono, tandis que Ngor croisera Yeggo. Gorée qui ira jouer dimanche l’Ej Fatick a également une obligation de victoire pour ne pas se laisser distancer. À Caroline Faye, Keur Madior jouera le Duc. Etics qui a tenu en échec le Port lors de la précédente journée accueille Africa Promo pour le duel thiessois. À Saint-Louis, Ndar Guedj tentera d’éviter une huitième défaite d’affilée face à la lanterne rouge, Cayor Foot, seule équipe à n’avoir toujours pas gagné depuis 10 journées.

Samba Oumar Fall

La 3e édition de la saison sera tenue demain dimanche à partir de 16h30 à l’hippodrome municipal Ndiaw Macodou Diop de Thiès. 51 chevaux seront en lice pour les cinq courses au programme de la journée. Les concurrents ont aiguisé leur sabot notamment « Diané » du groupe 2, « Adja Colle Fall » du groupe 3 et « Dalinkor » chez les poulains de 3 ans vont tenter de réussir le triplé. Les poulains de 3 ans sont encore les plus nombreux ils seront 16 sur la ligne de départ alors que le galop du groupe 3 s’annonce aussi palpitant, ils seront 9 rivaux dans les box.

Les Partants
10 Poulains de 2 ans (1200m) : Cotonou2, Adja Khady Diop, Maouloud2, Damel Teigne, Achoura2, Auguste, Dix Huit Safar, Dolly, Adja Daba Diouf, Mambo King
16 Poulains de 3 ans (1650m) : Ndeye Fall3, Thioro, Nogaye Diop, Thiono Du Reer, Machalla, General Bara, Adji Diop, An Nuur, Darou Sam, Dardasse, Salimto, Dalinkor, Darou Minam, Amine, Racine, Jambar Ji
10 Partants du Groupe 1 (2200m) : Betty Bao, Faydou, Medina, Darou Khoudoss, Very Good, Mirwax, Xadija, Makha, Al Fath, Altay
6 Concurrents dans le Groupe 2 (2200m) : Diane, President Cheikh, Mbar Ngone, Neelenkaar, Ngerem, Rassoul
9 Chevaux dans le Groupe 3 (2200m) : Def Yalla, Docteur, Tom, Adja Colle Fall, Alhamdou2, Mamie Ngone, Niody, Barakatou, Abdou Sama.

EL H Yamar DIOP

Après cette élimination de la Can 2017 au goût amer, le Sénégal s’est qualifié de manière laborieuse à la Coupe du monde Russie 2018. Et les Lions doivent bien remercier les dieux du football. Sadio Mané et sa bande n’ont pas été les premiers à bénéficier de cette providence.

Les amateurs du ballon rond se souviennent encore du match qui a opposé l’Argentine à l’Angleterre en quart de finale de la Coupe du Monde, le 22 juin 1986, au Stade Azteca, au Mexique. À la 51e minute, Diégo Maradona avait réussi à inscrire volontairement un but de la main validé par l’arbitre de la rencontre, le Tunisien Ali Bennaceur. Résultat, l’Argentine s’impose finalement (2-1) et file en quart de finale avant de remporter le 29 juin dans le même stade le titre face à l’Allemagne.

Bien des années plus tard, le 18 novembre 2009, lors du match retour des barrages pour la Coupe du monde 2010, la France s’était elle aussi piteusement qualifiée grâce au but de William Gallas contre l’Irlande, sur une passe décisive de Thierry Henry qui lui avait remis de manière flagrante le ballon de la main. Pour les qualifications du mondial 2018, les dieux se sont encore invités dans la danse.

Et cette fois en faveur du Sénégal. Mal embarqués, les Lions qui pointaient, à deux journées de la fin, à la 3e place, et à un point du Cap-Vert et du Burkina Faso, ont bénéficié de la providence. Fait rarissime, la Fifa a décidé de faire rejouer le match remporté (2-1) le 12 novembre 2016 (2e journée) par l’Afrique du Sud disputé au Peter Mokaba Stadium de Polokwane.
L’arbitre de la rencontre, le ghanéen, Joseph Odartei Lamptey, avait accordé un penalty aux Bafana Bafana pour une main inexistante de Kalidou Koulibaly. L’arbitre ghanéen, d’abord écarté pendant trois mois par la Caf, a ensuite été suspendu à vie pour « manipulation de match ».

Cette baraka inattendue avait permis aux Lions, qui couraient derrière une présence au mondial depuis l’exploit de 2002, de se relancer et de décrocher, au grand désarroi du Cap-Vert et du Burkina Faso, leur visa pour la Russie après leur double victoire (2-0 et 2-1) sur l’Afrique du Sud. Mais ainsi va le foot. Il était écrit que c’est le Sénégal qui serait de la partie.

Samba Oumar Fall

Le président de la Fifa, Gianni Infantino, a appelé vendredi à Casablanca les délégués de la Confédération africaine de football (Caf) à respecter leur obligation de neutralité dans le processus de sélection du pays-hôte du Mondial-2026.

Le président de la Caf Ahmad Ahmad, qui a déjà par le passé exprimé son soutien «franc et massif» à la candidature du Maroc, souhaite pour sa part que l’assemblée générale prenne position.
«Je vous demande de tout faire pour que la procédure soit la plus saine... il en va de notre crédibilité», a lancé Gianni Infantino à l’ouverture des débats, organisés sous chapiteau dans un hôtel de luxe de Casablanca.

«Nous vivons dans une ère de démocratie, vous êtes souverains dans votre prise de décision», a argumenté M. Ahmad. «J’ai ma position, le comité exécutif me soutient dans ma position, mais c’est à vous que revient la décision», a-t-il dit dans son allocution.

Une telle prise de position reviendrait dans les faits à ignorer les directives d’une récente circulaire de la Fifa adressée aux 211 représentants des fédérations membres qui doivent trancher le 13 juin entre le Maroc ou le trio Usa-Mexique-Canada.

Cette circulaire appelle entre autres les futurs votants «à se retenir de faire des déclarations écrites ou orales (...) à propos des candidats» et à ne pas «donner leur impression personnelle sur les mérites de l’un ou de l’autre».

AFP 

Les députés sud-africains sont appelés à se prononcer, le 22 février, sur une nouvelle motion de défiance visant le très controversé Président Jacob Zuma, pressé au sein-même de son propre parti à démissionner au plus vite. La nouvelle motion de défiance qui le vise a été déposée par le parti d’opposition des Combattants pour la liberté économique (Eff, gauche radicale). Le mandat du Chef de l’Etat peut être écourté par sa démission, un vote de défiance au Parlement ou une procédure de destitution. Il peut aussi être rappelé par son parti. Mis en cause dans plusieurs affaires de corruption, le Chef de l’Etat a réussi, jusque-là, à repousser plusieurs votes de défiance. Mais, ses soutiens ont fondu depuis l’élection, en décembre, à la tête du Congrès national africain (Anc), au pouvoir, du vice-président Cyril Ramaphosa dont les partisans plaident pour un départ de M. Zuma avant la fin de son mandat en 2019.

Le Chef de l’Etat doit prononcer, le 8 février, devant le Parlement, son discours annuel sur l’état de la Nation. Selon la chaîne de télévision publique Sabc, la direction de l’Anc doit se retrouver, dimanche, pour discuter, une nouvelle fois, d’un départ anticipé du Président. Contacté par l’Afp, l’Anc n’a pas commenté cette réunion.

AFP

L’opposition togolaise et le Président Faure Gnassingbé ont été invités, vendredi, par les pays médiateurs à la crise qui agite le pays à négocier à partir du 15 février, mais l’opposition a annoncé qu’elle maintenait sa marche contre le pouvoir samedi.

Le communiqué officiel, lu à la télévision nationale, a été signé par le ministre ghanéen de la sécurité Albert Kan-Dapaah et le ministre d’Etat guinéen Tibou Kamara, émissaires des Présidents Nana Akufo-Addo et Alpha Condé.

D’après le communiqué, «la date a été retenue de commun accord avec les principaux acteurs». Les médiateurs insistent toutefois sur le fait qu’aucune manifestation ne soit organisée à compter de ce jour et pendant tout le déroulement du dialogue.

L’opposition en a «pris acte» dans un communiqué à l’Afp. La coalition des 14 partis d’opposition «remercie les autorités ghanéennes et guinéennes pour tous les efforts déployés pour aider notre pays à trouver une solution politique durable». Elle souligne cependant que «certains points méritent clarification» et a décidé de maintenir la manifestation, prévue ce samedi, pour demander la «libération du Togo», a déclaré à l’Afp un porte-parole du mouvement, Eric Dupuy.

AFP

Le théologien musulman suisse controversé Tariq Ramadan a été inculpé, vendredi, pour viols et incarcéré à Paris au terme de deux jours de garde à vue, a-t-on appris de source judiciaire. Visé par deux plaintes pour des faits qui auraient été commis en France en 2009 et 2012, il a été mis en examen pour viol sur personne vulnérable, a indiqué cette source.

AFP 

La campagne des élections locales en Guinée s’achève vendredi avec, pour la première fois, une compétition a priori ouverte pour désigner les conseils municipaux, dans un pays marqué par plus de 50 ans de régimes autoritaires. Quelque 5,9 millions d’électeurs sont convoqués, dimanche, à ce scrutin qui devait se tenir en 2010, mais a été constamment reporté depuis, malgré de nombreuses manifestations de protestation, souvent meurtrières. Les dernières élections locales remontent à 2005, sous la présidence du général Lansana Conté (1984-2008) dont le parti avait raflé plus de 80 % des suffrages ainsi que 31 des 38 communes urbaines et 241 des 303 communes rurales que comptait alors le pays. Les mandats des exécutifs municipaux étant arrivés à échéance, ils ont été remplacés par Alpha Condé, élu en décembre 2010. Depuis, le Gouvernement invoquait des questions financières pour justifier le report de ce scrutin, l’opposition l’accusant de vouloir ainsi concentrer tous les pouvoirs.

A la suite d’un accord entre le pouvoir et l’opposition et de l’élection présidentielle de 2015, ces exécutifs ont été renouvelés au prorata des voix obtenues par chaque parti aux derniers scrutins nationaux. Malgré un nouvel accord, en octobre 2016, fixant enfin les élections locales à février 2017, elles ont été encore retardées en raison de divergences sur l’organisation. En septembre, des dizaines de milliers de personnes ont, à nouveau, manifesté à Conakry pour exiger l’organisation de ce scrutin finalement convoqué en décembre par le Président Condé pour le 4 février.

AFP


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.