grandair

A la suite de la visite du ministre gambien des Forêts, de l’Environnement, du Changement climatique et des Ressources naturelles, Lamin B. Dibba, à Dakar, un accord a été signé, hier, entre les deux gouvernements dans le domaine de la gestion des ressources forestières. C’était dans les locaux du ministère des Affaires étrangères.

D’entrée, le ministre, Abdoulaye Baldé, a magnifié l’excellence des relations personnelles qui existent entre nos deux chefs d’État qui ne cessent d’œuvrer, de concert, pour la consolidation des liens privilégiés qui unissent les peuples sénégalais et gambien.

Il a rappelé la récente visite officielle du président gambien, laquelle visite a permis de tracer les voies de la relance de l’axe Dakar-Banjul.
C’est sous la forte impulsion de nos deux chefs d’État que nous nous sommes réunis, aujourd’hui, pour la signature d’un accord de coopération dans le domaine de la gestion des ressources forestières, a dit le ministre de l’Environnement.

A son avis, le Sénégal et la Gambie ont toujours été des pays frères cohabitant dans la fraternité et partageant des valeurs sûres de téranga.
Pour lui, la dégradation des ressources naturelles, dont nous dépendons tous, a atteint des proportions inquiétantes partout à travers le monde au point d’affecter l’équilibre climatique de la planète. Ce phénomène de « changements climatiques » a induit un regain de conscience de la communauté internationale traduit par la ratification de plusieurs conventions et la tenue régulière de réunions, fora et conférences afin de trouver des solutions à l’échelle globale et locale, a-t-il souligné. La mise en œuvre du présent accord de coopération, selon M. Baldé, contribuera grandement à consolider les acquis et de nous faire bénéficier de l’expérience avérée, ainsi que de l’appui de nos confrères gambiens.

Il a rassuré la partie gambienne que l’application effective de cet accord permettra d’enregistrer d’importantes avancées dans la gestion durable de nos ressources naturelles en général, et forestières en particulier.

De son côté, le ministre gambien s’est réjoui de cet accord qui sera bénéfique aux populations des deux pays.

El. H. A. THIAM

Si les délais sont respectés, les travaux de drainage des eaux pluviales à Sédhiou seront achevés avant le début de l’hivernage, selon le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Mansour Faye. Financé dans le cadre du Bci (Budget consolidé d’investissement), ce projet s’ajoute à une batterie de mesures prises par l’État pour apporter des solutions aux problèmes d’accès à l’eau et d’assainissement de la capitale du Pakao.

La place de l’indépendance de Sédhiou a renoué, cet après-midi du 27 avril, avec les foules en liesse. Ceci, malgré la forte chaleur qui règne en cette fin du mois d’avril dans la capitale du Pakao. Derrière leur maire, Abdoulaye Diop, les populations sont venues nombreuses magnifier l’action du gouvernement concernant le lancement des travaux de drainage des eaux pluviales de la commune. Car depuis longtemps, Sédhiou est confrontée non pas aux inondations, mais plutôt aux ravinements créés partout dans la ville par les eaux de ruissellement. Dès lors, les populations étaient confrontées à des accidents, à la destruction des infrastructures et de leur cadre de vie et surtout à la profanation des cimetières.
Pour le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Mansour Faye, qui a effectué, le 27 avril 2017, une visite à pas de charge dans cette région sud du pays, tous ces désagréments ne seront que de vieux souvenirs pour les populations. « D’un coût de 1,3 milliard de FCfa, ce projet va permettre la réalisation d’environ 5 km de canaux de drainage des eaux pluviales et ainsi contribuer à protéger les populations contre les inondations, faciliter la mobilité urbaine et sécuriser le cimetière des eaux de pluies », a-t-il déclaré.
Selon lui, ce projet est une composante du Programme décennal de lutte contre les inondations initié par le président Macky Sall dès 2012. Son objectif, a rappelé le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, est d’apporter des « solutions durables » aux problèmes d’inondation que rencontraient les populations du Sénégal, aussi bien celles de la capitale que des régions.

750 nouveaux branchements sociaux
En plus de ces travaux de drainage des eaux pluviales, l’Onas (Office national de l’assainissement du Sénégal) a déjà entamé des études d’actualisation du Plan directeur d’assainissement des eaux usées et des eaux pluviales de Sédhiou grâce à une subvention de la Banque arabe pour le développement économique de l’Afrique (Badea). Il en est de même de l’engagement pris par le gouvernement d’améliorer sensiblement les conditions d’accès à l’eau potable à Sédhiou dans les différents centres du périmètre affermé.

A ce titre, a indiqué Mansour Faye, Sédhiou bénéficie déjà de la mise en œuvre de cette politique à travers la réhabilitation d’un ancien forage avec une production supplémentaire de 4.400 m3/j, soit plus du double des 1.940 m3 que produisait l’unique forage de la ville. La ville va aussi connaître une extension de son réseau avec 5 km supplémentaires de la Sones qui vont s’ajouter aux 12 km réalisés ces deux dernières années. Sans compter les 750 nouveaux branchements sociaux qui seront alloués à la commune. « De 2012 à 2016, nous sommes passés de 40 à 49 forages, dont 16 en cours de finition, 24 en projection, dont 22 avec le Pudc et 2 avec l’Usaid. On passera alors de 40 à 89 forages », a indiqué le maire, saluant ainsi le travail réalisé par l’Office des forages ruraux (Ofor).

Pour Abdoulaye Diop, sa commune a longtemps été oubliée dans les politiques publiques. Toutefois, il a reconnu : « Le « Yonou Yokkuté » du président Macky Sall nous a ouvert, nous populations de Sédhiou, le chemin de l’espérance et de l’espoir ». Poursuivant, il a estimé que c’est un jour nouveau qui se lève à Sédhiou avec le nouveau régime. « L’histoire retiendra que Sédhiou s’est ressuscitée avec l’avènement du président Macky Sall. Nous savions que la réduction de la fracture sociale est le seul message qui retient son attention et cette visite s’inscrit dans cette logique, contrairement aux opposants avec leurs déclarations fracassantes, qui étaient pourtant bien aux commandes depuis des années », a souligné le maire devant une population acquise à sa cause.

Maguette NDONG (envoyé spécial à Sédhiou)

Somone : Révolution dans le peloton et changement de porteur du maillot jaune ! Tels sont les deux faits majeurs qui ont sanctionné la 7e étape du Tour cycliste du Sénégal. Une avant-dernière étape longue de 142 km et qui a vu la seconde victoire d’étape du Belge Legley Mahias du Royal Vélo Club d’Ottignie qui a bouclé la distance en 3h16’58. Tandis que l’Algérien Mansouri Islam du Vélo Club Sovac enfilait le maillot jaune au détriment de son coéquipier Bouzidi Mohamed.

Donc les faits majeurs de cette journée de course qui s’est disputée entre la Somone, le Plateau de Diass et Ngaparou ont été d’abord la révolution lancée par les seconds couteaux qui étaient restés jusqu’ici discrets et qui se sont subitement réveillés pour signaler qu’ils étaient bien là dans la course. Conséquence, non seulement le Belge Legley Mathias a confirmé avec une seconde victoire d’étape, mais de nouvelles têtes sont apparues dans le top 5 comme le Français Clain Médéric du Club de la Défense et le Britannique Renwick Wilson du Vélo Schils Interbike.

Une révolution qui en a entrainé une autre puisque le maillot jaune qui semblait être réservé à l’Algérien du Vélo Club Sovac, Bouzidi Mohamed, a aussi changé de porteur. Mais là c’est un moindre mal puisque le nouveau maillot jaune (Mansouri Islam) et l’ancien appartiennent au même club algérien. Un bouleversement dont a bien profité aussi le Français Clain Médéric qui s’est glissé à la deuxième place. Le coureur du Club de la Défense a d’ailleurs fait un coup double car le même jour il se classait également 2e de la course d’étape. Et pourrait même menacer le nouveau maillot jaune aujourd’hui.

C’est le seul coureur d’ailleurs qui a apporté ce chamboulement et dont a fait les frais Bouzidi Mohamed qui se retrouve maintenant 6e au général et 18e à l’étape d’hier. Mais cette 7e étape n’a pas été sans conséquences pour certains coureurs dont cinq ont abandonné (3 Sénégalais, un Congolais et un Hollandais) et un sixième mis hors course (un Algérien).

Classement de l’étape. Distance : 150 km ; moyenne : 45,693 km/h : 1er : Legley Mathias (Royal Vélo Club Ottignie/Belgique) : 3h16’58 ; 2e : Clain Médéric (Club de la Défense/France) : Mt ; 3e : Renwick Wilson (Vélo Schils Interbike/Grande Bretagne) : 3h18’40 ; 4e : Carstensen Lucas (Embrace The World Cycling (Allemagne) : 3h19’09 ; 5e : Chopier Loïc (Vc Chartrain/France) : Mt

Classement général (Maillot Jaune). Distance : 976,8 km; moyenne : 41,983 km/h : 1er : Mansouri Islam (Vélo Club Sovac/Algérie) : 23h23’37 ; 2e : Clain Médéric (Club de la Défense/France) : 23h24’26 ; 3e : Carstensen Lucas (Embrace The World Cycling/Allemagne) : 23h25’26 ; 4e : Nouisri Ali (Royal Vélo Club Ottignie/Belgique) : 23h25’31 ; 5e : Hellmann Julian (Embrace The World Cycling/Allemagne) : 23h26’27

Bécaye Traoré revient de loin
Somone : Largué lors de la 6e étape Kaolack-Joal, le coureur sénégalais Bécaye Traoré s’est bien repris hier au cours de la 7e qui s’est disputée en boucle entre la Somone, le Plateau de Diass et Ngaparou.

Car de 34e, le porte étendard du cyclisme sénégalais est revenu fort pour terminer à la 10e place. Une place honorable pour le capitaine de l’équipe du Sénégal qui figure ainsi pour la première fois dans le top 10 depuis le début de cette 16e édition.

Au classement général aussi, il occupe le même rang, alors que la veille il était 17e. Ses coéquipiers cependant sont loin de connaitre le même regain de forme car malgré une chaine cassée, Bécaye a dû puiser dans ses dernières ressources, faire le forcing pour bien figurer dans le classement. Les autres coureurs sénégalais ne sont pas mieux lotis car Baye Mor Diop, Moussa Ndiaye, Ali Sidy Thiam, Omar Guéye et Pape Ngor Ibrahima Ngom étaient loin dans le classement ; entre le 28 et le 41e rang.

Victoire d’étape :  Les Allemands sont les plus efficaces
Somone : La particularité de cette 16e édition est qu’elle est dominée par le club allemand d’Embrace The World Cycling qui totalise trois victoires d’étape (1ere, 5e et 6eétapes) contre deux à Royal Vélo Club Ottignie de Belgique (3e et 7e étapes), une à Vélo Club Sovac d’Algérie (2e étape) et une au Club de la Défense de France (4e étape). Et c’est l’Allemand Carstensen Lucas et le Belge Legley Mathias qui se taillent la part du lion avec chacun deux victoires d’étape à titre personnel. Au classement général par contre, la palme revient aux Algériens du Vélo Club Sovac qui, hormis le jaune de la 1ere étape qui est allé à l’Allemand Carstensen Lucas, ont toujours porté le célèbre maillot par Bouzidi Mohamed. Et depuis hier par hier avec Mansouri Islam.

Au niveau des jeunes, c’est aussi Mansouri Islam qui tient le haut du pavé avec presque deux minutes d’avance sur Carsyensen Lucas. Au classement par équipes, Royal Vélo Club Ottignie de Belgique avec sa sélection cosmopolite devance largement ses adversaires. L’équipe allemande a, en effet, plus de 12 minutes d’écart sur ses autres poursuivants. Enfin dans le classement par points, c’est l’Allemand Carstensen Lucas qui totalise 179 points ; son suivant immédiat le français Clain Médéric (Club de la Défense) pointe avec 50 points de moins (129).

L’étape du jour : Circuit fermé à Dakar sur la Corniche ouest
La 16e édition du Tour cycliste international du Sénégal sera bouclée ce matin à Dakar avec la 8e et dernière étape. Ce sera en circuit fermé, le second après celui de Thiès, sur la Corniche ouest de Dakar. 91 km au total, la seconde étape la moins longue après celle de Thiès. Le départ sera donné devant le Parcours Sportif à 10h avec 7 tours de 13 km chacun. Et trois sprints intermédiaires aux 2e, 4e et 6e tours.

De nos envoyés spéciaux : C. F. KEITA (textes) et Abdoulaye MBODJ (photos)

Les « Lions » du Beach Soccer négocient la nuit prochaine (20 h à Nassau et minuit à Dakar), leur place pour les quarts de finale du Mondial de foot de plage, face aux Bahamas, pays hôte la compétition.

Un match qui promet d’être âprement disputé surtout que les hommes du coach Ngalla Sylla ont nettement remporté leur premier match dans ce tournoi (9 – 0 contre l’Equateur), alors que les Bahamas se sont inclinés d’entrée (2 – 3) face à la Suisse. Il faudra donc aux « Lions » se battre toutes griffes dehors pour signer une deuxième victoire et se rapprocher de leur « objectif intermédiaire » de se hisser en demi-finales.

Car, le Sénégal qui a déjà atteint deux fois les quarts de finale » d’un Mondial de Beach Soccer, entend cette fois franchir au moins une étape. Ce qui passe d’abord par un succès face aux Bahamas, ce soir en attendant de rencontrer l’autre favori du Groupe A, la Suisse, lundi soir. Car, il est presque sûr que les Helvètes vont disposer ce soir de l’Équateur et se présenteront face au Sénégal avec deux victoires à leur actif. Si les « Lions » s’imposent ce soir, le match de lundi sera une sorte de « finale pour la première place » du Groupe A.

Entre une équipe de Génération Foot revancharde et des Ouakamois qui auront l’ambition de confirmer leur « exploit » lors de la 18e journée, il y aura de l’électricité dans l’air du stade de Deni Biram Ndao cet après-midi, en ouverture des quarts de finale de la Coupe de la Ligue. Surpris par les Requins de l’Us Ouakam (0-1), alors qu’ils étaient sur un nuage largement au sommet, les Académiciens ont une revanche à prendre demain, à domicile.

Le Casa Sports a aussi une revanche à prendre face à une équipe de Niary Tally qui a un avantage psychologique sur lui, cette saison. Dominé à Dakar (0-4), en championnat lors de la 3e journée, le 23 novembre dernier, au stade Demba Diop, le Casa Sports a été neutralisé à domicile (2-2) au match retour. Ce, après avoir été mené (0-2). Les deux équipes sont voisines dans le Top 5 du classement. Entre le Guédiawaye Fc et le Stade de Mbour, il y a un équilibre dans l’ensemble. Chacune des deux équipes a remporté son duel à domicile. Demain sera donc le match de vérité entre les deux équipes. Et sur le banc des Mbourois, il y aura un certain Youssouph Dabo, bien connu sur les lieux pour avoir coaché auparavant le club de la Guédiawaye. Enfin, pour compléter le tableau des demi-finales, Dakar Sacré-Cœur, seule équipe rescapée de la Ligue 2, va défier le Diaraf, demain à Demba Diop.

A SAMBOU

Le programme
Aujourd’hui : A Deni Birame Ndao, 16h30 : Génération Foot (L1) - Us Ouakam (L1) ;
A Demba Diop, 18h : NGB Niary Tally (L1) – Casa Sports (L1) Demain : A Amadou Barry, 17h30 : Guédiawaye Fc (L1) – Stade de Mbour (L1);
A Demba Diop, 18 h : Diaraf (L1) – Dakar SC (L2)

En perspective du Mondial U20 qu’abrite la Corée du Sud dans moins d’un mois (20 mai -11 juin), les «Lionceaux» vont peaufiner leur préparation hors du Sénégal.
Le départ de l’équipe est prévu lundi 1er mai prochain. Koto et ses boys ont prévu d’être sur les lieux une semaine avant le coup d’envoi de la compétition. L’équipe doit rencontrer le pays hôte, en match amical, le 14 mai prochain. Son arrivée sur les lieux est précisément programmée le 12 mai prochain. Auparavant, les «Lionceaux» se rendront le 3 mai à Téhéran pour y disputer deux matches amicaux contre l’Iran, les 7 et 10 mai.

Au total, le sélectionneur national a retenu 16 «Lionceaux» pour aller défendre les couleurs nationales. Des joueurs tous locaux qui ont disputé la dernière Can des U20, en Zambie. Ils entrent en regroupement dès lundi 1er mai à partir de 10 heures dans un hôtel de la place. A cet effet, la Fédération sénégalaise de football prie les présidents des clubs « de bien vouloir mettre à disposition les joueurs (retenus) pour la période du 1er mai au 13 juin 2017, période qui tient compte des performances de l’équipe dans cette compétition mondiale et des impératifs du transport aérien ». A titre de rappel, le Sénégal partage la poule F avec l’Équateur, les États-Unis d’Amérique et l’Arabie saoudite.

A. SAMBOU

Liste des joueurs :
Lamine Sarr (Dakar SC), Idrissa Ndiaye (Diambars Fc), Mamadou Mbaye (Dakar SC), Moussa Bâ (Excellence Foot Dk), Mouhamadou Mansour Diawara (Stade de Mbour), Jean Jacques Idrissa Ndecky (Casa Sports), Alioune Badara Guèye (NGB Niary Tally), Cheikh Ahmadou Bamba Kane (Diambars Fc), Pape Habib Guèye (Académie F Darou Salam) Akhibou Ly (Cneps Excellence Thiès), Soulèye Sarr (Mbour PC) Ousseynou Niang (Diambars Fc), Ibrahima Niane (Génération F), Mouhamed Pouye (Mbour PC), Ousseynou Cavin Diagne (Académie F Darou Salam), Souleymane Aw (Excellence F Dk)

Les « Lionnes », championnes d’Afrique de basket en titre, entrent ces jours-ci dans la phase active de la préparation de la défense de leur couronne, en août prochain au Mali. C’est ainsi qu’elles embarquent aujourd’hui pour la Chine où elles iront disputer un tournoi international, avec 3 matches programmés les 3, 5 et 7 mai. Après cinq jours de regroupement, le coach Moustapha Gaye a retenu un groupe de 12 joueuses pour le déplacement. Un savant mélange entre « anciennes » (Oumou Khaïry Thiam, Mame Diodio Diouf, Ndèye Sène et Ramata Daou) et « nouvelles » (Elma K. Malou, Bineta Ndoye, Dado Faye).

Liste des 12 « Lionnes »
Oumou Khaïry Thiam (Espagne), Elma Kinta Malou (Ascvd), Couna Ndao (Slbc), Dado Faye (Diaraf), Mame Diodio Diouf (Duc), Ndeye Sene (Ascvd), Diarry Diouf (Ascvd), Oumoul Khaïry Sarr (Espagne), Ramata Daou (Ascvd), Aminata Faye (France), Ndeye Fatou Ndiaye (Duc) et Bineta Ndoye (Espagne).

Louga, la capitale du Ndiambour, sera demain dimanche le point de ralliement du monde du cheval à l’occasion du Grand prix de la Première dame Marième Faye Sall épouse du chef de l’État qui aura lieu à l’hippodrome municipal « Djibril Diouf » ex Wattel. Le comité régional des courses hippiques dirigé par Iba Colle Bao n’a rien laissé au hasard pour gagner le pari de l’organisation.

Quatre épreuves sont inscrites au programme mais l’attraction du jour sera le duel des poulains de 3 ans qui disputeront le grand classique. Ils seront 11 sur la ligne de départ et ont bien préparé ce rendez-vous pour conquérir le titre avec en récompense 2 millions FCfa en plus d’un grand trophée.

Cependant, « Rafet Niort », « Tassul Yaakar », deux pensionnaires de l’écurie du Pr Sakhir Thiam, « Very Good » de Oumar Bao Jr, et la « Medina » de Bibo Sy (fils de El H Malick Sy Souris) seront incontestablement les grands favoris.

Le galop du groupe 3 également s’annonce palpitant eu égard aux 12 concurrents de niveau sensiblement égal qui le disputeront trempe. Les jeunes chevaux (pda) qui seront au nombre de 12 ouvriront le rideau sur 1200m.

Les partants :
11 poulains de 3 ans GP (2200m) Medina, Oprah Winfrey, Président Cheikh, Mirwax, Very Good, Darou Khoudoss, Acte de Noblesse, Willy Jr, Rafet Niort, Tasoul Yaakar, Dieng Mor

12 chevaux Groupe 3 (2200m) Haby Diop, Thank Giving, Arif, Teranga Khassim, Mamie Ngone, Niody, Matahir, Bebe Khady, Mbar Ngone, Maleen, Abdou Samad, Jappul Bayi

12 chevaux du Groupe 1 (1200m) : Dialore, Wolly Barry, Khale Bi, An Nuur, Thiono du reer, General Bara, Dalinkor, Darou Minam, Aminata, Taif, Thioro, Sa Ndiambour

4 chevaux du Groupe 2 (2200m) Le Maire, Doumayene, Masathie Waxla, Trêve.

El H Yamar DIOP

Le leader Chelsea et son dauphin Tottenham auront l’occasion de poursuivre leur duel à distance, avec deux gros morceaux au menu de la 35e journée de Premier League: les Blues se déplacent à Everton et Tottenham affronte Arsenal dans le derby du nord de Londres. Du côté de Manchester, United et City, renvoyés dos à dos jeudi soir dans le derby (0-0) en match en retard, devront se relancer dans la course à la Ligue des champions, Guardiola ayant encore son avance d’un point sur Mourinho.

Programme de la 35e journée (heures Gmt) : Aujourd’hui 14h00 Southampton – Hull ; Stoke - West Ham ; Sunderland - Bournemouth; West Bromwich – Leicester ; 16h30 Crystal Palace - Burnley Demain 11h00 Manchester United – Swansea; 13h05 Everton – Chelsea; Middlesbrough - Manchester City; 15h30 Tottenham - Arsenal Lundi 19h00 Watford - Liverpool

France : Programme de la 35e journée (en heures Gmt) :
Hier Angers – Lyon 1 - 2 ; Aujourd’hui 15h00 Monaco – Toulouse ; 18h00 Bastia – Rennes ; Guingamp - Saint-Etienne ; Metz – Nancy ; Montpellier – Lille ; Nantes – Lorient Demain : 13h00 Caen – OM; 15h00 Dijon – Bordeaux ; 19h00 Nice - Paris SG

Allemagne : Le programme de la 31ème journée (en heure Gmt) : Hier Leverkusen – Schalke 1 - 4; Aujourd’hui 13h30 Dortmund – Cologne ; Mayence – Mönchengladbach ; Brême – Berlin ; Darmstadt – Fribourg ; Leipzig – Ingolstadt 16h30 Wolfsburg – Bayern ; Diemain 13h30 Augsbourg – Hambourg; 15h30 Hoffenheim - Francfort

Espagne : Le programme de la 35ème journée (en heures Gmt) : Hier Villarreal - Sporting Gijon 3 - 1; Aujourd’hui 11h00 Real Sociedad – Grenade ; 14h15 Real Madrid – Valence ; 16h30 Las Palmas - Atletico Madrid ; 18h45 Espanyol Barcelone - FC Barcelone
Demain10h00 Osasuna - Deportivo La Corogne ; 14h15 Betis Séville – Alavés ; 16h30 Eibar – Leganés ; 18h45 Celta Vigo - Athletic Bilbao Lundi 16h45 Malaga - FC Séville

Italie : Le programme de la 34ème journée (en heures Gmt) :
Hier Atalanta Bergame - Juventus 2 - 2 Turin ; Aujourd’hui 18h45 Torino - Sampdoria Gênes Demain : 10h30 AS Rome - Lazio Rome ; 13h00 Bologne – Udinese ; Cagliari – Pescara ; Crotone - AC Milan ; Empoli – Sassuolo ; Genoa - Chievo Vérone ; Palerme – Fiorentina ; 18h45 Inter Milan - Naples

AFP

Ils cartonnent au « Parlement du Rire », une émission d’humour à l’africaine diffusée sur Canal+. Le trio Mamane, Digbeu Cravate et Michel Gohou étaient sur la scène du Théâtre de verdure de l’Institut français de Dakar, jeudi. Face à la presse, les humouristes reviennent ici sur leur fusion. Ils évoquent également le film «Bienvenue au Gondwna » sorti le 12 avril dernier, qui sera présenté à Dakar le 11 mai, à l’occasion de l’inauguration de la salle de cinéma Canal Olympia.

« Bienvenue au Gondwana »
Mamane : « Bienvenue au Gondwana est une comédie axée sur la lutte pour la démocratie en Afrique. Elle est notamment essentiellement orientée sur les élections. Ce sont des sujets qui s’adressent à toute l’Afrique. Pour une fois, ce sont des Africains qui donnent leur point de vue sur les élections, qui sont la plupart du temps une sorte de jeu d’hypocrisie, entre l’Occident et nos dictateurs. On sait bien que quelqu’un est dictateur, mais on lui demande quand même d’organiser des élections, qu’il vole. Par la suite, l’Occident vient dire qu’il ne fait des affaires qu’avec des démocrates. Pendant ce temps, on voit des jeunes qui se noient dans la méditerranée pour fuir, ces soi-disant démocrates. C’est pour cela que divers sujets sont évoqués : accès aux soins sanitaires, à une bonne éducation, la jeunesse qui voit son avenir hypothéquée. C’est une comédie qui est certes faite pour rire, tout en abordant des sujets sérieux. Il y est question de la mal gouvernance, de l’État et de la démocratie ».

Budget et casting du film
Mamane : « Le budget du film est estimé à peu près à 2 milliards de FCfa. Le casting, nous l’avons fait à travers nos réseaux. Les connaissances dont nous disposons dans chaque pays nous ont été très utiles. C’est l’un des problèmes en Afrique, rien n’est structuré. En Europe par exemple, c’est un directeur de casting qui lance l’appel et toutes les personnes intéressées se rapprochent à travers leur agence. Là-bas, tout est bien structuré. Maintenant, vu le nombre d’années que Gohou et Digbeu ont fait dans le métier, ils connaissent un peu des artistes comédiens dans chaque pays. Par exemple, pour le cas de Lamine Ndiaye, c’est Demba Dièye qui m’a parlé de lui. Il m’a montré des vidéos. C’est à partir de là que nous avons fait appel à lui. Il joue le rôle du ministre ».

Digbeu Cravate : « Le film sera tout d’abord commercialisé. Les producteurs vont essayer de rentrer dans les fonds qu’ils ont investis. Ensuite, nous le ferons passer à la télévision. Il va suivre un processus bien déterminé. Il est temps qu’en Afrique, nous comprenions que la culture constitue une économie à part entière. La culture de la gratuité doit être bannie sous toutes ses formes. Il nous faut une véritable économie qui soit viable. Il faut sans cesse se renouveler tout en s’adaptant à la demande et aux exigences commerciales de l’heure ».

« Le parlement du rire »
Mamane : « Ici, on raconte le quotidien d’une population en nous basant sur des lois montées par le parlement. Le Parlement du rire est un programme fait pour donner une plage d’expression aux humoristes africains. C’est véritablement un programme panafricain. On y voit des humoristes du Gabon, du Congo, du Tchad du Mali. On attend toujours un humoriste du Sénégal. Nous avons à cet effet ouvert un casting à travers Facebook, mais seulement, les humoristes sénégalais s’expriment tout le temps en wolof. Hors, c’est une langue qui n’est pas comprise au-delà du Sénégal. Notre objectif, c’est de faire recours à une langue qui sera accessible au public africain, en l’occurrence le français. Les humoristes qui viennent dans le Parlement du rire sont la plupart du temps des vedettes dans leurs différents pays. Grâce au parlement du rire, ils sont désormais connus dans toute l’Afrique. Nous essayons de construire un secteur, un métier d’humoristes. C’est parti pour rester. En tout cas, nous l’espérons. Le public, à travers le retour, montre combien il est attaché, donc cela constitue un bon signe ».

Gohou Michel : Nous l’avons monté ensemble. C’est une œuvre véritablement collective. Nous sommes tous issus du one man show. Nous avons trouvé opportun de nous mettre ensemble pour créer « l’Union des humoristes africains ». Nous avons d’ailleurs beaucoup de projets à concrétiser. Nous profitons de cette occasion pour lancer un appel aux humoristes sénégalais de faire des sketches en français, pour pouvoir toucher tout un public français. C’est entre 250 et 300 millions de personnes qui sont ciblées. C’est un énorme marché, un énorme bassin de spectateurs.

Mamane : « L’idée est venue du fait déjà que nous évoluions dans ce métier depuis des années. Chacun avait un registre bien particulier. Nous avons convenu de réunir nos forces pour ensemble proposer quelque chose d’originale. C’est comme cela que nous avons, avec une production française, monté le film. Il est destiné au public français et africain. Nous l’avons tourné en Côte d’Ivoire avec des techniciens africains et français. Nous sommes très engagés dans ce que nous faisons. Un artiste qui n’est pas engagé fait montre de non assistance à peuple en danger. On ne peut pas monter sur scène en Afrique et dire que tout va très bien. Ce serait de l’hypocrisie. Nous sommes là pour parler des choses qui ne marchent pas. Nous ne sommes pas des ministres du Tourisme pour dire aux gens venez, tout va très bien. Notre rôle, c’est d’appuyer là où ça fait mal ».

Digbeu Cravate : « Ce qui nous intéresse, c’est juste le public, c’est à lui que nous nous adressons. Nous jouons un peu rôle de conscientisation vis-à-vis du public. A travers l’humour, nous évoquons toutes les questions. Nous ne sommes pas des lanceurs d’alerte comme le mouvement «Y’en à marre» au Sénégal ou encore le « Balai Citoyen » au Burkina Faso, le mouvement « Tournons la page » au Tchad. Mais nous nous adressons à un public africain conscientisé ».

Siège du « Parlement » à Abidjan
Gohou Michel : « Quand on parle d’humour en Afrique, on pense automatiquement à la Côte d’ivoire. La capitale culturelle de l’Afrique a pendant longtemps été Abidjan. Mais, au-delà de la Côte d’ivoire, c’est, bien entendu, tous les pays de la sous-région qui sont concernés. Par exemple, le public sénégalais est pareil à celui de la Côte d’ivoire, du Congo, du Cameroun et d’autres pays, j’en passe. C’est souvent un public très réceptif. Ce sont des publics ouverts et très accueillants.

L’art nourrit-il son homme en Afrique ?
Gohou Michel : « L’art nourrit son homme en Côte d’Ivoire. C’est juste qu’au tout début, nous ne mesurions pas toutes les opportunités qui étaient à notre portée. Maintenant, il s’est naturellement opéré une prise de conscience. Nous n’en sommes plus à l’époque où nous comptions exclusivement sur le gouvernement, pour aspirer à avancer. Maintenant, les artistes comédiens prennent eux-mêmes leur destin en mains pour pouvoir ouvrir certaines portes et avancer. Nous avons depuis compris plein de rouages. Il faut se donner les moyens pour avancer. Auparavant, l’art était assimilé à un chemin de perdition.

Mamane : « L’art nourrit donc globalement son homme. Mais, il est important de préciser que nous sommes une petite minorité à pouvoir vivre de cela. Certains humoristes vivent de leur art, notamment ceux qui sont très connus. Mais, pour ce qui concerne l’autre frange qui n’est pas encore forcement sortie de l’ombre, ce n’est pas du tout évident. Beaucoup d’artistes tirent le diable par la queue. Cette situation est également due à un manque d’organisation ».

« Au début, Ma famille… »
Gohou Michel : C’est vrai « Ma famille » nous a permis de toucher un public beaucoup plus large. Toutefois, il convient de préciser que nous étions déjà sur ce métier bien avant l’arrivée de ce téléfilm. « Ma famille », ça été pour certains artistes comédiens une opportunité de se faire découvrir à travers le contient africain. L’objectif est de donner la chance à tout le monde afin qu’il puisse convenablement s’exprimer à travers son art.

Recueillis par Omar DIOUF
et Oumar BA

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.