grandair

Le Ghana se qualifie pour les quarts de finale de la Can 2017 après sa courte victoire sur le Mali (1-0). C'est le capitaine Asamoah Gyan (20e), sur un très joli enchaînement contrôle orienté de Jordan Ayew, qui a permis aux vice-champions d’Afrique, d’assurer leur deuxième succès dans le groupe D.

@lesoleilonline

Grâce à un but inscrit dans les dernières minutes par Saeid, l'Égypte s’impose sur le fil face à l'Ouganda. Les Pharaons prennent avec ce succès la deuxième place groupe D.

@lesoleilonline

Dans le cadre de la 25ème édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), prévue du 25 février au 4 mars 2017, la sélection officielle de films devant participer à ce grand rendez-vous du cinéma africain a été officiellement dévoilée. 

Dans la catégorie de long-métrage, 20 films seront en compétition. Le Sénégal sera représenté, dans cette catégorie, par le film « Félicité » d’Alain Gomis. « A la recherche du pouvoir perdu  de Mohammed Ahed Bensouda (Maroc), « Frontières » de Appolline Woye Traoré (Burkina Faso), « Le gang des Antillais » de Jean-Claude Barny (Guadeloupe) ou encore « L’orage africain–Un continent sous influence » de Sylvestre Amoussou (Bénin) font partie, entre autres, des films qui ont été sélectionnés.

Pour ce qui est de la catégorie court-métrage, « La promesse » de Fatou Touré sera en lice pour le Sénégal. D’autres films à l’image de « A place for myself » de Marie-Clémentine Dusabejambo (Rwanda), « Folo, il était une fois »  de Loci Haermann Kwene (Burkina Faso) et « La face cachée du père Noël » de Laurent Pantaléon (La Réunion) seront également de la partie.

Pour le documentaire, le Sénégal pourra compter sur « Bois d'ébène » de Moussa Touré et « Kemtiyu, séex Anta » d'Ousmane William Mbaye. Enfin, la catégorie série télévisuelle verra bien la participation de « Tundu Wundu » d'Abdoulahad Wone.

I. BA

Grâce à un but inscrit dans les dernières minutes par Saeid, l'Égypte s’impose sur le fil face à l'Ouganda. Les Pharaons prennent avec ce succès la deuxième place groupe D.

@lesoleilonline

Le Ghana se qualifie pour les quarts de finale de la Can 2017 après sa courte victoire sur le Mali (1-0). C'est le capitaine Asamoah Gyan (20e), sur un très joli enchaînement contrôle orienté de Jordan Ayew, qui a permis aux vice-champions d’Afrique, d’assurer leur deuxième succès dans le groupe D.

@lesoleilonline

Le président de la République, Macky Sall, et son homologue, Adama Barrow, qui séjourne actuellement à Dakar, ont prié, hier, à la grande mosquée omarienne. Des prières ont été dites pour une paix durable en Gambie et au Sénégal.

Le président de la République, Macky Sall et son homologue gambien Adama Barrow ont prié, hier, à la Grande mosquée omarienne. Dans son sermon, l’imam de la mosquée omarienne, Thierno Seydou Nourou Tall a formulé des prières pour une paix durable en Gambie et dans la sous région. Il a félicité le président Barrow et a prié Dieu pour qu’il réussisse sa mission à la tête de la Gambie, un pays frère du Sénégal. Pour sa part, le serviteur de la mosquée omarienne, Thierno Madani Tall, s’est félicité de l’acte posé par le président Macky Sall et son homologue gambien en venant s’acquitter de la prière du vendredi à la mosquée omarienne. « Un acte riche en enseignement d’autant que la mosquée omarienne représente un symbole pour la communauté musulmane du Sénégal », a expliqué le serviteur de la famille omarienne.

A l'occasion, Thierno Madani Tall a offert deux exemplaires traduits de l’arabe au français de « Jawahir wal dourarou » de Thierno Mountaga Tall à ses hôtes, les présidents Sall du Sénégal et Barrow de la Gambie. Il s’agit d’un chef d’œuvre du défunt khalife général de la famille omarienne, retraçant la biographie de Cheikh Oumar Foutiyou Tall. Pour Thierno Madani Tall, cet important ouvrage va contribuer à l'enrichissement du riche patrimoine historique de notre pays. La traduction de l'ouvrage en français fut un grand souhait de la famille qui a été réalisé, se réjouit le serviteur de la famille omarienne.

Le président de la République a fait part de toute sa gratitude à l’égard de Thierno Madani Tall et de toute la famille omarienne. Il se dit très honorés d’être les premiers, lui et son hôte gambien, à recevoir les deux exemplaires traduits en français de « Jawahir wal Dourarou » de Thierno Mountaga Tall. Il s’est engagé à contribué à la réédition de l’ouvrage.

Souleymane Diam SY

Pour le deuxième match des Lions du Sénégal à la Can, les Dakarois se sont retrouvés sur l’esplanade du Grand théâtre dans une ambiance festive.

Jeudi, en début de soirée, des centaines de supporters ont assisté à la deuxième sortie de l’équipe nationale du Sénégal comptant pour la Can 2017 à la Fan zone de l’esplanade du Grand théâtre. Les organisateurs ont déployés les grands moyens pour permettre aux visiteurs de profiter du match contre le Zimbabwe dans les meilleures conditions, avec une retransmission sur un écran géant.

La fête était au rendez-vous au moment où le soleil disparaissait derrière les immeubles : peintures vert jaune et rouge sur le visage, drapeaux brandis fièrement, brassards tricolores aux poignets, les maillots aux couleurs des Lions, … Les inconditionnels de la sélection nationale sont là et enthousiastes.

Alors que l’heure du match approchait, des cars, taxis et minibus déversaient des flots de supporters à l’entrée gênant par moment la circulation. Venus avec des amis ou en famille et animés par une passion commune, les fans des Lions viennent communier après le premier match victorieux contre la Tunisie. « Je n’ai pas pu être là lors du premier match parce que j’étais en mission à l’intérieur du pays. Mais cette fois-ci je suis bien présent et j’espère que la qualification sera au bout des 90 minutes », dit ce jeune papa qui tient son petit garçon par la main. Quant à Mansour Tall, il salue pareille initiative car selon lui : « elle permet à des gens venus de divers horizons de s’amuser et même de faire connaissance le temps d’un match ».

Un match époustouflant
Alors que l’esplanade continue de drainer un monde joyeux, le coup d’envoi est donné à 19h. La voie vers les quarts de finale peut s’ouvrir aux Lions. Pour mettre l’ambiance à fond, le célèbre groupe de supporters "Allez Casa" et d’autres batteurs de tam-tam se surpassent. A l’unisson, les spectateurs chantent et esquissent des pas de danse avec eux. « J’apprécie vraiment l’ambiance, elle est chouette. On se croirait au stade. J’espère qu’on va célébrer une nouvelle victoire tout à l’heure. Le onze du coach me convient, même si j’aurais mis Moussa Sow à la pointe de l’attaque », dit Simon Mendy, venu de Guédiawaye avec trois de ses amis.

Si certains sont des mordus du ballon rond, d’autres ont fait le déplacement pour avant tout profiter de l’ambiance. Avant, à la mi-temps et à la fin du match, chanteurs et groupes de musique anonymes ou de renommée se relayent sur la scène. « On est là pour la fête. Les organisateurs annoncent Waly Seck et Carlou D à la fin du match. Ça vaut le coup », affirme Ndèye Fatou entourée de ses amies, toutes aussi enthousiastes.

Le match est devenu passionnant dès les premières minutes, provoquant une excitation débordante et générale. L’hystérie s’empare des supporters quand Sadio Mané, celui dont tout le monde scandait le nom au coup d’envoi, marque ! On saute et court dans tous les sens. Les plus émotifs versent une larme.

Cinq minutes plus tard, Henri Saivet met au fond des filets une merveille de coup de pied arrêté. Le public, survolté, acclame le sociétaire de l’As Saint-Etienne. On saute à nouveau de joie, se congratule et se serre dans les bras sans forcément se connaître. « Cette Can est la nôtre, j’en suis sûr. Avec détermination, rien ne pourra nous arrêter », assure Ibra Diop, comptable et joueur du dimanche dans son quartier de la Médina. Durant la seconde période, l’équipe plonge les supporters tantôt dans le stress avec les occasions zimbabwéennes, tantôt dans la consternation à cause des opportunités ratées de corser l’addition.

Les partenaires du label Soubatel, maître d’œuvre de la manifestation, proposent quelques services aux visiteurs. Un grand traiteur a installé une tente et propose un menu varié avec un large choix de boissons et amuse-gueules. Quelques gourmands y font un tour.

Cerise sur le gâteau, la société de transport public Dakar Dem Dik, partenaire de l’événement a déployé six bus pour acheminer les supporters à la fin du match. « Il y a deux bus totalement gratuits destinés au 12e Gaïndé. Les quatre autres vont servir à transporter les autres fans pour Keur Massar, Pikine, Guédiawaye et les Parcelles Assainies pour 200 FCFA le ticket », explique Racine Ndiaye, chef trafic à Dakar Dem Dik.

Sécurité renforcée
Avec la mise en place d’une Fan zone durant la Coupe d’ Afrique des Nations, les organisateurs tiennent à ce que la sécurité des personnes et la fluidité de la circulation soient assurées. Pour cela, des forces de l’ordre et quelques militaires sont déployés dans et autour de l’esplanade du Grand théâtre, certains agents se mêlant même à la foule. A l’entrée, les contrôles sont inévitables : les sacs sont vérifiés et les questions d’usage posées aux visiteurs. Le capitaine Babacar Mbaye, chef du contingent de policiers déployés sur les lieux se veut très rassurant : « tout le dispositif nécessaire est en place pour l’occasion. Nous accordons la même attention à l’intérieur comme à l’extérieur du théâtre. Notre mission est comme toujours de faire en sorte que tout le monde puisse profiter tranquillement de l’évènement et rentrer à la maison en toute sérénité ».

Vers 21h00, le Grand théâtre déversait sur la route les premiers fans en direction de la maison. Ils laissaient pour d’autres le concert annoncé après la victoire. Ceux qu’ils croisaient à la sortie et que les forces de l’ordre contrôlaient avant de les laisser passer.

@lesoleilonline

Le président de la République, Macky Sall, et son homologue, Adama Barrow, qui séjourne actuellement à Dakar, ont prié, hier, à la grande mosquée omarienne. Des prières ont été dites pour une paix durable en Gambie et au Sénégal.

Le président de la République, Macky Sall et son homologue gambien Adama Barrow ont prié, hier, à la Grande mosquée omarienne. Dans son sermon, l’imam de la mosquée omarienne, Thierno Seydou Nourou Tall a formulé des prières pour une paix durable en Gambie et dans la sous région. Il a félicité le président Barrow et a prié Dieu pour qu’il réussisse sa mission à la tête de la Gambie, un pays frère du Sénégal. Pour sa part, le serviteur de la mosquée omarienne, Thierno Madani Tall, s’est félicité de l’acte posé par le président Macky Sall et son homologue gambien en venant s’acquitter de la prière du vendredi à la mosquée omarienne. « Un acte riche en enseignement d’autant que la mosquée omarienne représente un symbole pour la communauté musulmane du Sénégal », a expliqué le serviteur de la famille omarienne.

A l'occasion, Thierno Madani Tall a offert deux exemplaires traduits de l’arabe au français de « Jawahir wal dourarou » de Thierno Mountaga Tall à ses hôtes, les présidents Sall du Sénégal et Barrow de la Gambie. Il s’agit d’un chef d’œuvre du défunt khalife général de la famille omarienne, retraçant la biographie de Cheikh Oumar Foutiyou Tall. Pour Thierno Madani Tall, cet important ouvrage va contribuer à l'enrichissement du riche patrimoine historique de notre pays. La traduction de l'ouvrage en français fut un grand souhait de la famille qui a été réalisé, se réjouit le serviteur de la famille omarienne.

Le président de la République a fait part de toute sa gratitude à l’égard de Thierno Madani Tall et de toute la famille omarienne. Il se dit très honorés d’être les premiers, lui et son hôte gambien, à recevoir les deux exemplaires traduits en français de « Jawahir wal Dourarou » de Thierno Mountaga Tall. Il s’est engagé à contribué à la réédition de l’ouvrage.

Souleymane Diam SY

Franceville (Gabon) : En alignant un second succès de rang devant le Zimbabwe (2-0), le Sénégal a déjà validé son ticket pour les quarts de finale qui se disputeront les 28 et 29 janvier prochain. Un signal fort lancé à ses adversaires. Avec cette deuxième victoire, les Lions sont ainsi les premiers à se qualifier pour le second tour, avant même la fin des matches de groupe. La première mission assignée à Cheikhou Kouyaté et coéquipiers est ainsi accomplie grâce à un volume de jeu impressionnant qu’ils développent à chaque sortie.

Suite à sa victoire de la première journée du groupe B, devant la Tunisie (2-0), le Sénégal se devait de réussir son examen de passage devant le Zimbabwe lors de la 2e journée, pour décrocher dans la foulée une qualification au second tour. L’objectif avait d’ailleurs été déclaré depuis Dakar lors de la remise du drapeau national par le chef de l’Etat. Les joueurs en avaient fait un sacerdoce car ils voulaient faire oublier les souvenirs douloureux des éditions de 2008, 2012 et 2015. Editions au cours desquelles les Lions n’avaient pu passer le cap du premier tour. Cela avait créé une certaine frustration au sein des joueurs, des supporters et du public sénégalais tout court.

  Les Lions cuvée de coach Aliou Cissé avaient ainsi une dette morale envers ce peuple sénégalais. Ils n’avaient eu de cesse d’exprimer leur empressement d’entrer dans cette 31e édition de la Can. D’autant plus qu’ils avaient réalisé un sans-faute lors des éliminatoires en se qualifiant même avant la fin du parcours qui menait à « Gabon 2017 ». Si on y ajoute le fait que le Sénégal, par deux fois, occupe depuis trois mois la première place du classement Fifa zone Afrique, on comprend pourquoi les Lions étaient pressés de venir justifier leur rang au Gabon.

  Pour le moment tout se passe bien pour capitaine Cheikhou Kouyaté et ses camarades qui savent parfaitement où mettre les pieds. Après donc la victoire acquise de haute lutte face à la Tunisie, un autre écueil qui semblait de taille attendait les Lions. Les Warriors du Zimbabwe qui avaient fait trembler les Fennecs d’Algérie auréolés de leurs stars. Ce nouvel examen de passage s’est déroulé sans anicroches car comme contre la Tunisie, le Sénégal avait tôt fait de résumer cette explication à sa plus simple expression. Deux buts en moins de quinze minutes (9e et 13e) pour rendre encore le sourire aux plus sceptiques quant aux capacités des Lions.

Matches-couperets
La bande à Aliou Cissé venait de sortir le grand jeu et s’ouvrait ainsi les portes des quarts de finale. Le Sénégal est en train d’effacer, petit à petit, les souvenirs douloureux des éditions de 2008, 2012 et 2015. Et à l’issue du match contre la Tunisie, Aliou Cissé avait déjà souligné que son équipe, la meilleure en Afrique au classement de la Fifa, se devait de défendre son statut. L’objectif intermédiaire tant clamé est maintenant atteint, même s’il reste un match à jouer pour boucler cette phase de groupe contre l’Algérie. On redoutait beaucoup pour cette explication contre les Fennecs, mais avec les résultats des uns et des autres, les Lions n’ont plus à s’inquiéter d’un adversaire qui les avait privés d’une qualification au second tour lors de la 3e journée des matches de groupe à la Can 2015 à Malabo. Celui de Franceville comptant maintenant pour du beurre pour Aliou Cissé et ses « boys ».  Les Lions devant composer maintenant avec les matches couperets à partir des quarts de finale. Une autre histoire !

D’un de nos envoyés spéciaux : C. F. KEITA 

Bongoville (Gabon) : La traditionnelle séance d’entraînement d’après-match qui s’est tenue hier au stade de Bongoville, à une cinquantaine de kilomètres de Franceville, base de l’équipe nationale du Sénégal, a été réservée aux joueurs n’ayant pas disputé le match de la veille contre le Zimbabwe. Une façon pour coach Aliou Cissé de donner du tonus et d’impliquer ceux qui n’avaient pas été alignés et de permettre aussi à ceux qui avaient été titularisés de se reposer en attendant la reprise normale des entraînements. Et comme à l’accoutumée, et pendant environ 90 minutes, la séance a tourné autour de jonglages, courses en petites foulées, circulation du ballon, passes courtes, séances de tirs au but, jeu dans une surface réduite etc. Pendant ce temps, Tony Sylva le préparateur des gardiens de but s’exerçait avec ses trois gardiens Abdoulaye Diallo, Khadim Ndiaye et Pape Seydou Ndiaye. Pape Alioune Ndiaye a lui été ménagé car après quelques tours de terrain, il a rejoint le bus pour y attendre ses coéquipiers. A l’issue de cette séance, morceaux choisis auprès de quelques joueurs qu’on appelle les « coiffeurs ».

Famara Diédhiou, attaquant : « Continuer à jouer avec la même détermination »
« On ne change pas d’objectif ; ça reste le même. On sait pourquoi on est ici au Gabon : on a envie d’aller jusqu’au bout. Et on va donner le maximum pour y parvenir. C’est vrai qu’on est déjà qualifié, mais cela ne change rien à nos plans de départ. Détermination et envie d’aller jusqu’au bout de la compétition. On va aborder ce match avec beaucoup de détermination. L’Algérie reste une bonne équipe, mais on ne calcule pas trop et on va jouer à fond ce match. On est 23 joueurs et chacun aura sa chance. Ceux qui débutent et ceux qui restent sur le banc sont tous pareils. Celui qui sera aligné se donnera à fond pour celui qui est sur le banc. C’est la philosophie du groupe. Tout joueur voudrait jouer, mais puisque on est 23 sur la liste et que seuls 11 peuvent être alignés, les autres attendront leur chance. Contre l’Algérie, ce ne sera pas un match facile parce que l’adversaire n’est pas encore qualifié. Mais on va aborder le match avec la même détermination que les deux matches précédents ».

Zargo Touré, défenseur : « On n’a pas de préférence »
« On s’est bien entraîné parce que le groupe qui avait joué contre le Zimbabwe est en train de récupérer des fatigues du match. Et nous qui n’avons pas de temps de jeu, nous nous sommes entraînés. Nous aurons la même détermination car depuis notre départ du Sénégal, nous avions un seul objectif : aller plus loin encore dans cette compétition. Et on fera tout pour y arriver. La pression, on ne la connaît pas et on joue les matches à fond. Pour ces quarts de finale, nous n’avons pas de préférence pour l’adversaire qui nous sera présenté ».

Saliou Ciss, défenseur : « Je suis toujours prêt »
« Cela fait longtemps que le Sénégal ne s’est pas qualifié pour les quarts de finale et c’est nous qui avons la lourde tâche de faire oublier cela. Donc il faut aller de l’avant et ne pas décevoir ceux qui croient en nous. Maintenant, peu importe l’adversaire qui sera devant nous, nous sommes prêts à jouer contre n’importe quelle équipe. Je ne suis nullement frustré par mon statut de remplaçant car tant que l’équipe joue bien, on est satisfait. Mais je suis prêt quand on me donnera ma chance ».

D’un de nos envoyés spéciaux : C. F. KEITA

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.