banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Quand des terroristes font usage des réseaux sociaux

25 Avr 2017
3026 times

Pour la première fois, un lien direct est établi entre les messageries chiffrées (Telegram et WhatsApp) et la préparation des attentats de Paris. Le débat sur la pertinence du chiffrement de bout en bout reprend dès lors de plus bel. En effet, selon la chaîne américaine Cnn, certains des terroristes impliqués dans les attaques du 13 novembre ont utilisés des applications de messagerie chiffrée pour préparer des attentats. La chaîne américaine, qui cite des sources officielles, explique notamment que Telegram et WhatsApp, service aujourd’hui dans le giron de Facebook, auraient été malencontreusement employés à cette fin.

Tous deux fournissent un chiffrement de bout en bout difficile à percer par les services de sécurité. Selon ces mêmes sources, ces applications, présentes sur certains des smartphones retrouvées sur les scènes de crime, auraient été employées pour des communications entre terroristes, avant les attaques. « Le contenu de ces échanges étant chiffré, il n’est pas sûr que les enquêteurs y aient un jour accès », précise la même source. Bien qu’imprécises, ces affirmations constituent le premier lien officiellement établi entre les messageries chiffrées et la préparation des attaques de Paris.

Certes, après les attentats, Telegram, un service fondé par deux frères russes, défenseurs de la liberté d’expression, avait été mis en cause pour sa passivité à l’égard de l’État islamique. Mais cette accusation ciblait les canaux de diffusion proposés par Telegram et exploités par le groupe terroriste pour propager ses messages. A la suite des attentats du 13 novembre, 78 canaux de diffusion du groupe terroriste, diffusant en 12 langues différentes, ont été fermés. De leur côté, les experts en sécurité expliquent qu’introduire des portes dérobées dans les outils de sécurisation des échanges ne ferait que réduire la sécurité globale d’Internet. Dans un récent rapport du Mit, une quinzaine de chercheurs expliquaient : « La complexité d’Internet aujourd’hui, avec des millions d’Apps et de services connectés globalement, signifie que les exigences des forces de l’ordre vont probablement introduire de nouvelles failles de sécurité, non anticipées et difficiles à détecter. »

Oumar BA

Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.