banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

« Non, je ne me remettrai pas sur Facebook »

20 Jui 2017
1998 times

La jeune sénégalaise est étudiante en Marketing et Management international à Dakar. S.G souhaite rester anonyme, car elle ne supporte pas être exposée publiquement. Fidèle à cette idée, elle s’est retirée de Facebook il y a quelques années et en explique les raisons.

L’étudiante de 21 ans affirme qu’elle a déjà les numéros de téléphone de la plupart de ses amis qui sont sur Facebook. La raison principale de son départ du réseau social est que « sur Facebook, il y a beaucoup d’inconnus qui t’envoient des messages désagréables. Au Sénégal, les gens ont tendance à utiliser Facebook comme un outil pour draguer les filles ».

Elle poursuit son explication : « J’avais tout le temps des messages indésirables. J’ai pensé que supprimer mon compte Facebook était devenu une nécessité. Les gens qui veulent me parler viendront directement m’envoyer des textos ou des messages par WhatsApp. C’est beaucoup plus privé, je trouve ».

L’autre argument qu’elle avance est celui de protéger sa vie privée. « Je n’aime pas du tout exposer ma vie personnelle. Beaucoup de personnes utilisent Facebook pour annoncer un décès, un mariage ou un baptême. Ils mettent ça vite fait sur Facebook. C’est exposer sa vie à des gens qui ne sont pas tous des proches ».

Les avantages de Facebook
Cependant, la jeune femme avoue qu’elle trouvait des avantages à être sur Facebook. « Avoir des nouvelles des autres, retrouver des personnes perdues de vue, et puis, c’est très facile d’utilisation », avoue-t-elle. S. G. reconnaît également que Facebook peut offrir des opportunités de travail même si elle ne fut jamais personnellement concernée. Elle ajoute ensuite que « certains, paraît-il, ont fait des rencontres inoubliables grâce à Facebook. Bon, pourquoi pas ». Fou rire.

S.G. raconte sa découverte de Facebook : « J’avais 13 ans quand je me suis inscrite. J’avais 1.300 «amis» sur mon compte. J’entendais tous mes amis parler de Facebook, et je voulais juste faire pareil ». Mais, elle a trouvé qu’elle était un peu trop accro à Facebook. « J’étais curieuse et je me préoccupais de ce que pensaient les autres. Qui a liker ma photo, qui l’a commentée. C’était bien pour suivre les commérages : celle-là a fait ça, etc. Marrant certes, mais au bout d’un moment, je me suis dit que ce n’était pas ça la vraie vie. Et puis, j’y passais trop de temps », confie-t-elle. A cette époque, elle partageait avec sa sœur un ordinateur portable : « On se chamaillait juste pour se connecter sur Facebook et pour parler avec nos amis », dit-elle. En conclusion, elle affirme : « Non, je ne me remettrai pas sur Facebook. Ça ne me manque pas du tout ».

Les alternatives à Facebook
Pour la jeune étudiante S.G, ce n’est vraiment pas « une obligation pour (sa) génération d’avoir Facebook », car il y a des alternatives avec les applications comme WhatsApp, Shapchat, Twitter, Instagram. Elle est d’avis que ces applications préservent plus la vie privée.

Twitter, WhatsApp, Instagram, Shapchat
La jeune femme a quitté le réseau social de Mark Zuckerberg pour d’autres applications : « Twitter, c’est moins personnel que Facebook. J’y suis des personnalités, des amis, des pages de cuisine, de politique, d’actualité. Je regarde et j’y trouve plus d’informations rapidement ». S.G. s’intéresse également à l’évolution des réseaux sociaux : « J’ai remarqué qu’avec la nouvelle mise à jour, WhatsApp se rapproche de Shapchat. Tu peux faire de courtes vidéos. Je pense qu’il y a une certaine concurrence et ressemblance ».

Mais, de tous les réseaux sociaux, S.G. préfère Instagram. C’est celui qu’elle utilise le plus. « Je prends des photos que je poste. J’aime Instragam. j’y regarde des pages de cuisine et des vidéos de conseils en beauté ». La jeune femme trouve l’accès sur Instagram plus facile et plus ciblé : « Une fois connecté, on voit directement les pages en fil d’actualité. Quand tu appuies sur l’application, tout vient. Tu n’as qu’à dérouler. Pas besoin d’aller rechercher la page ». Toujours soucieuse du respect de sa vie privée, S. G. ajoute : « En plus, si tu as un compte privé, on ne peux pas te voir ou t’envoyer de messages ».

Cora Portais NDIAYE

Rate this item
(0 votes)

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.