sources vecto FR 5 page 001

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil
Sciences et Technologies

Sciences et Technologies (71)

L’Agence de l’informatique de l’Etat (Adie) joue sa partition pour un bon déroulement du Conseil des ministres décentralisé dans les départements de Pikine, Guédiawaye et Rufisque du 19 au 24 juillet 2016. Des équipements neufs ont été installés sur les différents sites allant du câblage à la mise en place d’antennes sans oublier les points wifi mobile pour participer à la réussite du Conseil en matière de connectivité.

Si Pikine a bénéficié d’une connexion en fibre optique dans la salle ou doit se tenir le conseil des ministres, la résidence du président de la République et le bloc administratif, les hôtels de ville de Guédiawaye et de Rufisque sont passés d’une connexion WiMax au réseau haut débit avec une portée de 500 mètres. En plus de la fibre optique, une connexion wifi ouverte est mise à la disposition de la mairie. Une salle multimédia flambant neuve est aussi équipée par l’Adie pour permettre aux journalistes de travailler dans de bonnes conditions.

Après plusieurs jours de déploiement de ses équipes sur le terrain, le directeur général de l’Adie, Cheikh Bakhoum, a effectué une visite sur les différents sites ce lundi 18 juillet pour s’enquérir de l’état des installations. Il a salué le travail abattu par les différents agents de l’Adie pour assurer une bonne couverture de l’événement.

Maguette NDONG 

L’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (Artp) vient d’infliger à la Sonatel une pénalité d’un montant de 13 milliards 959 millions de FCfa pour violation du décret 2014-770 relatif au droit à l’information des consommateurs. Ce montant sera recouvré par le trésor public.

13 milliards 959 millions de FCfa, c’est le montant que doit verser la Sonatel au Trésor public pour violation du décret numéro 2014-770 relatif au droit à l’information des consommateurs, conformément au Code des télécommunications. Ce montant, a expliqué hier, face à la presse, le directeur général de l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (Artp), représente 15% de son chiffre d’affaires pour l’exercice de l’année 2015. Cette sanction, a indiqué Abdou Karim Sall, fait suite à une lettre de mise en demeure datant du 21 novembre 2014 ainsi qu’une autre mise en demeure du 28 juillet 2015 pour non-respect des articles 4, 5 et 6 de ce décret.

« Ces mises en demeure ont été toujours corroborées par des notifications de griefs adressées à Sonatel notamment par lettre n° 2169 Artp/Dg/Djc-Dem du 08 juillet 2015 et autres courriers. De guerre lasse, l’Artp, par le biais de ses agents assermentés, a mené plusieurs autres contrôles en vue de s’assurer de l’application stricte des dispositions du décret (…), en l’occurrence les 6 et 7 juillet 2015 », a précisé M. Sall. Aussi, a-t-il ajouté, les rapports et procès-verbaux issus de ces contrôles ont montré des manquements de Sonatel à certaines de ses obligations contenues dans les dispositions du décret.

D’après le directeur général de l’Artp, par respect pour le principe des droits de la défense, le Collège de l’Autorité de régulation a auditionné Sonatel en présence de la Direction générale, audience au cours de laquelle, l’opérateur a apporté des arguments par rapport à sa compréhension du décret qui était différente de celle de l’Artp. « C’est suite à cette longue et laborieuse procédure, et dans le respect du principe du contradictoire, que l’Artp a pris la sanction contre Sonatel pour un montant de 3% de son chiffre d’affaires réalisé en 2015 », a souligné Abdou Karim Sall, ajoutant que la Sonatel a l’obligation de respecter cette sanction après notification sans quoi elle devra payer 10 millions de FCfa par jour. Le directeur général de l’Artp a rappelé que l’Etat du Sénégal a adopté, le 14 juin 2014, le décret 2014-770 précisant certaines obligations liées au droit à l’information des consommateurs. Et parmi les motivations de ce texte figurent la création d’emplois. Ce faisant, « aux termes des dispositions dudit texte, les opérateurs doivent prendre les mesures appropriées de dimensionnement de leurs réseaux de nature à garantir à leurs clients un accès ininterrompu à leur service client commercial ou technique en respectant un taux d’efficacité minimal fixé par décision de l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes ».

Ibrahima BA

… Et envisage un recours hiérarchique
Face à la décision de l’Artp de lui infliger une amende de près de 14 milliards de FCfa, l’opérateur Sonatel envisage de faire un recours hiérarchique à cet arrêt. Dans un communiqué, la Sonatel a tenu à rappeler « qu’elle a procédé à la mise en conformité progressive de l’ensemble des points soulevés par l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes dès le mois de décembre 2014 ». Il s’agissait notamment, informe ce document, du retrait du Serveur interactif (Svi) qui permettait de traiter les demandes des clients de manière plus efficace, de la gratuité des appels dirigés vers le 1441 et le 1413  et de la continuité du service client 24 heures sur 24. « Durant toute la période de mise en conformité, Sonatel a régulièrement tenu des réunions d’information avec l’Artp entre 2014 et 2015. Malgré la complexité des tâches à mener (renégociation de contrats en cours avec les prestataires des centres d’appels et mise en place de nouveaux plateaux dans un délai très court), Sonatel est, à ce jour, totalement conforme aux dispositions du décret ci-dessus cité », informe ce communiqué.

I.BA   

En marge de l’atelier de l’Association des régulateurs des télécommunications de l’Afrique de l’Ouest (Artao) sur la mise en place d’un « Free roaming » dans la sous-région, le directeur général de l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (Artp) a annoncé que d’autres cahiers des charges seront signés, dans les prochains jours, avec les opérateurs de téléphonie Tigo Sénégal et Expresso.

Il s’agit, a expliqué Abdou Karim Sall, d’une manière d’ajouter des obligations de couverture à la dimension de celles qui ont été ajoutées dans le cahier des charges de Sonatel. « Dans le cadre du Programme d'urgence de modernisation des axes et territoires frontaliers (Puma), le chef de l’Etat a indiqué qu’en désenclavant les territoires, il faudrait qu’il y ait également un désenclavement dans le domaine des télécommunications. C’est la raison pour laquelle, après avoir ajouté des obligations de couverture à l’opérateur Orange, nous sommes en train de travailler avec les deux autres opérateurs pour ajouter des obligations de couverture dans leurs cahiers des charges », a-t-il fait comprendre.

Le directeur de l’Artp a rappelé que les obligations de couverture concernent les réseaux qui sont détenus à travers les licences de ces opérateurs et portent pour le moment sur la 2G et la 3G.

Par rapport à la licence 4G, Abdou Karim Sall a indiqué que des discussions sont en cours avec les opérateurs Tigo et Expresso.

Ibrahima BA

L’Agence de l’informatique de l’Etat (Adie) s’est inscrite dans un vaste programme de modernisation de l’Administration pour rendre son action plus efficiente et adaptée aux exigences d’un monde en constante évolution. Ses nombreuses initiatives comme les projets Large bande Sénégal, l’archivage numérique, la solidarité numérique, la dématérialisation du courrier, l’intranet administratif… témoignent de cette volonté. Cheikh Bakhoum, le directeur général de l’Adie, revient, dans cet entretien,  sur ces différents projets et réalisations. 

L’Adie vient de remettre des équipements informatiques à des collectivités locales et sous-préfectures de la région de Dakar. Qu’est-ce qui se justifie cette démarche ?
Cela s’inscrit dans le cadre du projet de la télé-demande d’autorisation de construire. C'est un important projet de l’Etat du Sénégal parce qu'ayant un rôle déterminant dans la notation du Doing business. Il était aussi devenu nécessaire, suite à l’Acte 3 de la décentralisation qui confère aux anciennes communes d’arrondissement la prérogative de délivrer le permis de construire, d'adapter la plate-forme avec ce nouveau dispositif institutionnel mis en place. C’est pour cette raison que nous avons regroupé 52 communes et 10 sous-préfectures de la région de Dakar pour échanger avec elles. L'organisation d'ateliers de mise à niveau, de partage, répond à un souci d'harmonisation pour que cette plate-forme soit l'unique instrument de délivrance du permis de construire comme le prévoit notre dispositif institutionnel. Il est, par conséquent, important de les outiller en équipements informatiques. L'Adie s'y est employée pour une meilleure utilisation de la plate-forme. Nous comptons intégrer toutes ces structures dans l’intranet administratif, les accompagner dans le câblage de leurs bâtiments, dans la formation des agents appelés à utiliser la plate-forme. Un service support sera de manière permanente mis à leur disposition pour que la question de la délivrance du permis de construire ne soit plus un supplice pour les usagers de l'administration.

Quelles sont les dispositions prises pour en assurer le suivi ?
Un comité a été mis en place avec le ministère de l’Urbanisme qui a en charge le suivi. L’objectif est de veiller sur toutes les structures délivrant le permis de construire afin qu’elles soient en conformité avec les nouvelles exigences de délais auxquelles ces outils les astreignent. Si les dossiers sont en souffrance dans certains services, que ce soit au niveau de l’Etat central qui les instruit, dans les collectivités locales ou dans les sous-préfectures, le comité alerte les autorités pour un respect, à tous les niveaux, des délais requis. Ce comité se chargera de faire toute l’évaluation du dispositif susceptible de rendre notre pays plus attractif. Le permis de construire est à la fois essentiel pour les citoyens et les investisseurs qui veulent créer de la richesse, de l'emploi.

Où en êtes-vous avec le Point d’échange internet ?
Nous avons déjà créé l’association qui est composée de tous les acteurs disposant d’un réseau au Sénégal. L’équipe technique est en train de mettre en œuvre toutes les activités prévues dans le cadre de la mise en place du Point d’échange internet. Aujourd’hui, avec le Conseil d’administration, les acteurs sont engagés pour la réalisation de tous les objectifs, cette année.

Qu’en est-il de la Solidarité numérique ?
La Cellule de solidarité numérique, une composante de l’Adie, est en train de développer plusieurs programmes. La mise en place de salles multimédias constitue son objectif majeur. Et depuis le début de l’année, nous avons construit et mis en place près de 18 salles multimédias dans tout le pays et nous en construisons 18 autres. Et avant la fin de cette année 2017, nous aurons au moins 50 salles multimédias qui seront non seulement dans les écoles, mais aussi dans des espaces communautaires. La Solidarité numérique, c’est un volet sur lequel nous comptons accentuer notre action. Nous voulons aussi mettre dans certains lieux, où il y a une forte concentration de population, des espaces wifi pour permettre à nos concitoyens de bénéficier de la connectivité internet.

Quel est l’état d’avancement du projet Large bande Sénégal ?
Le projet suit son cours. Nous avons entamé cinq sections à travers le pays. Notre ambition est de mettre, d’ici à la fin de l’année, 2500 km de fibre optique sur la dorsale et construire le nouveau data center prévu à Diamniadio. Nous espérons que le pôle urbain de Diamniadio nous octroiera l’espace nécessaire pour pouvoir commencer la construction du nouveau data center de type tiers 3.

La question de l’archivage numérique se pose de plus en plus comme une nécessité. Qu’est-ce qui est fait dans ce sens ?
Le président de la République en a fait une priorité. Et nous sommes en train de travailler avec le secrétaire général du gouvernement à travers la Direction des archives nationales sur un projet qui permettra d’archiver numériquement les archives du Sénégal. Nous comptons mener ce projet cette année, en nous inscrivant dans une démarche de numérisation systématique de nos archives.

L’Adie, en tant que structure de l’Etat, contribue-t-elle à la politique de l’emploi ?
A la lumière des emplois générés, on peut largement dire que l’Adie s’est inscrite dans la dynamique impulsée par le président de la République. Aujourd’hui, dans le cadre de nos différents projets, il y a au moins une cinquantaine d’emplois directs qui ont été créés au sein de l’agence. Plus de 2.000 personnes travaillent dans le projet Large bande. Plusieurs entreprises nationales y mènent leurs activités.

Qu’est-ce que l’Adie a concrètement apporté dans l’entretien et la modernisation de l’infrastructure informatique de l’Etat ?
Aujourd’hui, nous avons près d’un millier de bâtiments qui sont connectés à l’Intranet administratif. Ce qui permet d’économiser des milliards de FCfa qui étaient utilisés pour payer des factures d’Internet, de téléphonie. L’Adie a pu interconnecter beaucoup de sites. L’année dernière et celle-là en cours, nous avons intégré quasiment tous les ministères avec le déplacement du Bulding administratif ainsi que beaucoup d'agences et de sociétés nationales. C’est un processus qui, à terme, permettra à l'Etat d'avoir une bonne connectivité. Et nous comptons travailler avec toutes les administrations pour permettre à l’Etat d’avoir une bonne inter-connectivité et un échange de contenus entre ces différentes structures. Nous avons de la téléphonie sur Ip dans les différentes gouvernances du pays où on n’a plus besoin de se déplacer pour faire des communications. La dématérialisation du courrier, la mise en place du plan de travail annuel, un logiciel qui permet de suivre les programmes des ministères et des autres services de l’Etat, sont autant de réalisations concrètes et importantes. Ce lot d’applications et de services déployés dans cet Intranet administratif permet à notre Administration de se moderniser davantage et surtout de faire des économies d’échelle pour être en mesure d’investir dans des secteurs prioritaires.

Propos recueillis par Alassane Aliou MBAYE

Le géant américain des réseaux sociaux Facebook a annoncé vendredi qu'il proposerait un cryptage total des communications sur sa messagerie électronique Messenger, confirmant le renforcement croissant des dispositifs anti-surveillance chez les grands groupes internet. Les quelque 900 millions d'utilisateurs revendiqués de Messenger pourront désormais engager des « conversations secrètes » qui ne pourront être lues que par leurs participants, a indiqué le groupe dans un communiqué.

« Fournir aux gens des moyens de communiquer en toute sécurité contribue de manière importante au fait de rendre le monde plus ouvert et plus connecté », a indiqué David Marcus, le vice-président du réseau social sur sa page Facebook.

Selon ce responsable, cette option est notamment utile pour échanger des informations médicales avec un médecin ou partager des données personnelles et financières avec des proches. Facebook avait déjà, plus tôt dans l'année, opté pour ce mécanisme de sécurité sur sa messagerie WhatsApp et avait été suivi par ses rivaux Google et Apple. Des représentants des forces de l'ordre et des élus ont toutefois critiqué ces décisions, en relevant que le cryptage ou chiffrement des conversations peuvent être utilisés par des délinquants ou pour planifier des attaques terroristes.

Les autorités américaines avaient d'ailleurs engagé un bras de fer judiciaire avec le géant Apple pour le contraindre à débloquer le téléphone d'un des auteurs de la fusillade de San Bernardino, en Californie, qui avait fait 14 morts en décembre dernier. Apple avait refusé de coopérer et les autorités avaient finalement réussi à trouver un moyen d'accéder aux données du téléphone.

(AFP)

Le chef de l’Etat Macky Sall a émis le souhait de voir les négociations entre l’Agence de régulation des télécommunications et postes et les deux autres opérateurs de téléphonie mobile pour l’exploitation de la licence 4G aboutir. Pour l’instant, seule la Sonatel a signé une convention dans ce sens.

Le président Sall a déclaré que le gouvernement veillera à ce que des objectifs de couverture soient assignés aux opérateurs avec une prise en charge spécifique des zones frontalières, afin d’accompagner la mise en œuvre du nouveau Programme d’urgence de modernisation des axes et territoires frontaliers (Puma).

«Il est essentiel que la périphérie soit couverte pour des raisons de sécurité nationale », a-t-il dit. Il estime que pour tenir la promesse de développement d’une nouvelle ère numérique, « nous devons maintenir les avantages comparatifs de nos infrastructures de télécommunications et effectuer des investissements en faveur de la structuration d’écosystèmes du numérique ».

Le Rassemblement des entreprises du secteur des technologies de l’information et de la communication (Restic) se réjouit de l’accord entre l’Etat et l’opérateur Sonatel Orange pour le déploiement et la mise en exploitation de la 4G.

Selon le Restic, cette signature traduit notre entrée de plain-pied dans l’ère des réseaux de dernière génération.

Toutefois, le Restic invite l’Etat, à travers l’Artp, à plus de flexibilité dans l’usage des fréquences afin de permettre aux autres opérateurs de disposer rapidement de leurs licences 4G, notamment Tigo et Expresso, pour garantir une concurrence et une fluidité dans le secteur.

I.BA

Le président de l'Association des consommateurs du Sénégal (Ascosen), Momar Ndao, a salué la prouesse de l’Etat du Sénégal pour avoir réussi à vendre la 4G à 32 milliards de FCfa alors que l’opérateur Orange l’avait évalué à 14, 5 milliards de FCfa.

« Ce qui a été décidé aujourd’hui est centré sur le consommateur. La 4G, c’est l’émergence. Elle n’est pas un luxe mais une nécessité, car on ne peut aller à l’émergence sans les technologies de l’information et de la communication », a-t-il souligné.

D’après Momar Ndao, la mise en place d’un médiateur au sein des différents opérateurs est un élément « extrêmement important » pour la prise en charge de l’intérêt du consommateur. Il s’est félicité également de la réduction de la durée de la concession.

« Depuis que le Sénégal a le téléphone mobile, en 1998, il y a encore sur l’autoroute Dakar-Pikine des trous qui ne sont pas couverts. Cette obligation de couverture qui a été mise dans la Convention de concession est un élément fondamental qui va permettre la prise en compte des consommateurs…», a-t-il fait comprendre. 

I.BA

Il s’agit d’une nouveauté dans le renouvellement de cette Convention de concession. Pour la protection des consommateurs, la Sonatel a l’obligation de désigner un médiateur, indépendant des services opérationnels et rattaché directement à la direction générale de l’opérateur.

Selon le directeur de l’Artp, la mission de ce médiateur est de prendre connaissance des réclamations, écrites ou orales, des clients du concessionnaire concernant la qualité des services et/ou les problèmes de facturation lorsque ces réclamations n’ont pu être directement réglées par les personnels de l’opérateur.

« Le médiateur doit s’efforcer de proposer des solutions de règlement amiable pour les réclamations dont il est saisi qui présentent un caractère sérieux. Le médiateur propose à la direction générale du concessionnaire des mesures permettant de mieux prendre en compte les attentes des consommateurs et de traiter efficacement les réclamations », a souligné Abdou Karim Sall.

I.BA

Alors que la concession qui lui a été accordée arrive bientôt à son terme, la Sonatel vient de signer avec l’Etat du Sénégal pour le renouvellement de sa convention de concession pour 17 ans et pour un montant de 68 milliards de FCfa. D’après Abdou Karim Sall, l’Artp avait commandité une étude en janvier 2015 par le groupe de cabinet Microeconomix et Beta finance qui a évalué la concession de Sonatel à 58 milliards de FCfa sur 20 ans.

Cette nouvelle convention de concession, a expliqué le directeur général de l’Artp, est marquée par l’introduction d’obligations de couverture du concessionnaire dans son cahier des charges.

Ce faisant, a indiqué M. Sall, afin d’être en phase avec le  Programme d'urgence pour la modernisation des axes frontaliers (Puma) initié par le chef de l’Etat, l’opérateur a l’obligation de couverture de 90% de la population en trois ans. Par rapport à la couverture du territoire, il doit couvrir d’ici 5 ans l’ensemble des zones frontalières habitées du Sénégal dont le nombre d’habitant est supérieur ou égal à 200.

Aussi, le concessionnaire doit couvrir totalement et dans un an et demi les axes routiers de la Rn1 à la Rn7, soit une distance totale de 2. 883 kilomètres. A cela, s’ajoute l’autoroute Dakar-Diaminiadio-Aibd-Thiès-Mbour et l’autoroute Ila Touba. Le tout pour une distance totale de 163 kilomètres.

Sur la qualité de service de la téléphonie et l’Internet, a informé Abdou Karim Sall, l’Artp « fixera par décision, dans les jours à venir, les nouvelles exigences et procédera à des contrôles avec une périodicité mensuelle ».

I.BA

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.